Suivez-nous
Le guetteur

Le guetteur

Christophe Boltanski

Stock

  • 21 décembre 2018

    Après le décès de sa mère, le narrateur, aidé par sa sœur, entreprend de vider son appartement. Dans ce capharnaüm où sa mère vivait recluse, il découvre des carnets et plusieurs manuscrits de polar qu'elle avait commencé à écrire en grande lectrice du genre. Que sait-il au juste de sa mère qui était mutique sur son passé ? Obsédé par le besoin de comprendre, il mène ses propres recherches.

    En parallèle, Christophe Boltanski remonte le cours du temps jusqu'aux événements liés à la guerre l’Algérie. D'étudiants distribuant des tracts à un réseau clandestin de soutien au FLN, se peut-il que sa mère, elle-même étudiante à l'époque, ait joué un rôle dans l'opposition à cette guerre ?
    Tel un enquêteur, il explore des pistes et les contours de cette figure maternelle prennent forme peu à peu dessinant une femme énigmatique et tourmentée par ses propres peurs.

    Si j'ai trouvé intéressant le récit lié à la guerre d'Algérie (l'auteur nous plonge dans les faits de manière très réaliste), j'ai eu tendance à me perdre dans les multiples chemins empruntés par le narrateur. Et surtout je me suis sentie mal à l'aise comme si j'observais à la dérobée la vie de cette femme, l'inventaire de son appartement m'ayant particulièrement dérangée. Dommage...


  • 26 octobre 2018

    la quête....

    Ce moment, tout le monde le connaît à plus ou moins longue échéance, ranger les affaires d’un membre proche de sa famille, sa mère, son père… et découvrir, un passé, et même un quotidien totalement différents de ce que l’on imaginait.
    C’est souvent troublant, parfois même déstabilisant, et c’est ce qui m’intéressait dans ce roman, qui illustrait parfaitement ma situation du moment.
    Comment allait il gérer ces révélations ?
    J‘aime beaucoup Christophe Boltanski, mais j’avoue avoir eu un peu de mal, avec les allers-retours du début, entre le présent et les années 60… Du mal à comprendre qu’il s’agissait de sa mère….
    Peut être l’auteur met-il aussi un peu trop de distance émotive dans son récit. On se retrouve au centre de la description d’un quotidien et d’une vie très personnelle, que viennent étayer de nombreux détails, peut être trop… mais qui ne suscitent pas réellement mon empathie.
    Je suis restée très « en dehors », très observatrice... moi aussi, je suis devenue un « guetteur », c’était peut être là, son but.
    En tous les cas, c’est un roman qui interroge sur les liens et, sur le temps qui passe… Utile, donc.


  • par (Libraire)
    11 septembre 2018

    Presque une enquête

    Christophe Boltanski traque la vie de sa mère et tente de reconstruire un lien. Un beau portrait à la manière d'une enquête.


  • par (Libraire)
    1 septembre 2018

    La quête d'un fils

    Après le décès de leur mère, le narrateur et sa sœur vident son appartement, ils jettent tout.
    Echappe à ce grand nettoyage, un dossier étiqueté « polar » et une dizaine de carnets pris au hasard dans les piles de documents, que récupère le fils.
    A la lecture de ceux-ci, il constate que sa mère écrivait, notamment elle avait commencé un manuscrit intitulé « Le guetteur ». Ce texte l’intrigue, l’énigme de sa mère devient une obsession.
    Il décide de prendre sa mère en filature tel un détective, il remonte le temps, cherche sa trace, retrouve les lieux qu’elle a fréquenté, les personnes qu’elle a côtoyées.
    L’auteur nous plonge dans la vie de cette femme et dans les périodes de l’histoire qu’elle a traversées, notamment la guerre d’Algérie.
    Ce roman est bouleversant de sincérité et riche en émotions.
    « La quête d’un fils qui cherche à retrouver sa mère »


  • 30 août 2018

    À la recherche du temps perdu

    Un livre étonnant, une quête, un besoin obsessionnel de trouver une réponse (des réponses) face à l'absence de la mère. Un fils fouille l’appartement de celle qu'il croyait connaître, cette mère ingérable qu'il avait mise à distance avant de comprendre qu'elle était sur le point de mourir. Quand il découvre au milieu du désordre de toute une vie de courts manuscrits, trois polars inachevés, il reprend le flambeau et va "guetter" pour mieux écrire la suite. C'est troublant.
    En parallèle, c'est la vie de Françoise qui se déroule, 20 ans, les yeux plein d'étoiles, étudiante qui renie sa famille bourgeoise pour défendre les droits de ceux qui souffrent dans une Algérie torturée.
    Ainsi, les chapitres du roman vont se mêler, se compléter, se joindre pour ne faire qu'une vie. Celle de cette mère à la fois si proche et si différente.
    Un très beau roman. Subtil et émouvant.


  • par (Libraire)
    25 août 2018

    A la mort de sa mère, Christophe Boltanski trouve dans un tiroir un « dossier polar » qui l’intrigue. Ce sont les premières pages de « La nuit du guetteur », essai jamais transformé de roman policier. En partant de ces quelques pages il retrace la vie de Françoise, femme instable, à la limite de la paranoïa, marquée par son appartenance au FLN dans sa jeunesse. Un portrait sans complaisance mais plein de tendresse d’une femme par son fils. Un très beau texte et une jolie balade dans Paris.
    Valérie


  • par (Libraire)
    15 août 2018

    Entre récit et enquête policière, l'auteur part à la recherche de sa propre mère. Celle ci a traversé les décennies portée par sa foi en l'action politique où elle s'est oubliée ou peut être perdue.
    C'est un hommage vibrant d'un fils à sa mère qui, par l'écriture, la fait revivre une seconde fois..
    C'est aussi une plongée abyssale dans le chaos existentiel d'une femme rattrapée par les démons de la vieillesse.
    Un texte d'une beauté âpre.


  • 11 août 2018

    Conseillé par Marie-Laure

    Comme pour "La Cache" (Stock et Folio), le domicile aura à nouveau une grande importance. Ici, il s'agit d'un appartement parisien, celui de la mère du narrateur qui vient de décéder. Alors qu'il est en train de vider les lieux, il va tomber sur un «dossier polar». Sa mère qui non seulement dévorait les polars, en écrivait également. L'un de ses textes s'intitule «Le Guetteur». À son tour, le narrateur va devenir ce guetteur et espionner sa mère. On va alors replonger dans le Paris des années 1960 et suivre une bande d'étudiants qui se battaient aux côtés du FLN. Comment cette jeune fille militante et intrépide a pu devenir cette femme solitaire et paranoïaque vivant comme une recluse ?
    Comme à son habitude, Christophe Boltanski soigne sa structure narrative : il navigue sur trois périodes tout en jouant avec la mise en abyme du guetteur. Par ailleurs, il est émouvant de suivre ce fils qui tente de reconstituer un lien avec sa mère. Que ce soit par maladresse ou par volonté, elle restera pour lui une mystérieuse énigme.

    © Page des Libraires N°191