Suivez-nous
  • par (Libraire)
    26 mars 2021

    PRIX MÉMORABLE 2020

    Publié pour la première fois en 1947 chez Gallimard, ce roman historique a pour thème un réseau de résistance qui, deux ans après la fin de la guerre n’a pas déposé les armes.
    J’ai découvert à travers ce roman une période de notre histoire. Des résistants qui se muent en justiciers...
    Mais la frontière est mouvante entre justiciers et meurtriers.
    Un roman impossible à lâcher, qui nous interroge sur notre capacité à la résilience.
    Un texte qui résonne bien après sa lecture.
    Agnès


  • par (Libraire)
    12 février 2021

    Le Prix Mémorable 2020 des Libraires Initiales !!

    "Dans ce roman splendide, écrit à chaud, en 1947, Jean Meckert traite d'un sujet qui fait rage : l'épuration, sordide, violente, la question du pardon, de la réconciliation impossible. »
    Grégoire Courtois de la librairie Obliques à Auxerre.


  • par (Libraire)
    21 janvier 2021

    Les Tontons flingueurs VS Papy fait de la résistance

    Une fantastique épopée d'anciens maquisards qui continuent la/leur résistance bien après la guerre. Des dialogues dignes des Tontons flingueurs avec une portée philosophique qui donne à réfléchir sur la résistance, ses tenants et aboutissants. Une fable pointé de poésie, d'amour et de coup de poing dans la gueule ! J'adore !

    Romain


  • par (Libraire)
    21 mai 2020

    La Libération de la France en rouge sang

    Roman de 1947, qui narre les vengeances de résistants sur des collaborateurs impunis, dans la montagne. Nous sommes avec Laurent, tout juste sorti de prison, embauché par un patron de scierie qui l'entraîne avec sa petite bande dans les règlements de comptes. Il y a deux filles dont une sourde muette qui attire Laurent mais sa sœur Hélène veille. Tout ce petit monde a les mains rouges de sang et on sent le drame monter au fur et à mesure !
    Un roman qui éclaire cette période, souvent présentée de façon un peu trop heureuse.


  • par (Libraire)
    8 mai 2020

    L'épuration comme on l'a rarement lue!

    Encensé par Gide et Queneau en leur temps, Jean Meckert livre ici l'histoire d'un village deux ans après la libération. Dans une langue à la gouaille inégalable, nous sommes véritablement plongé dans ce magnifique roman noir qui ne fait absolument pas dans la demi-mesure. Lu par Jean.


  • par (Libraire)
    20 avril 2020

    Entre bien et mal

    Ecrit en 1947, ce roman nous raconte l'histoire d'un maquis qui ne se résout pas à s'être battu pour ce qu'est en train de devenir la France d'après-guerre, où les collabos prennent peu à peu le pouvoir, voir le garde de toute éternité. Alors ce maquis bascule dans la clandestinité de la clandestinité et ce basculement nous interroge sur la frontière entre le bien et le mal, sur le moment où l'action armée peut ou doit céder le terrain à l'action politique…
    Un texte fort et sans concession : dans la lignée du film L'Armée des ombres de Melville, mais aussi un texte plaisant par sa gouaille et son rythme !
    Librairie La Promesse de l'Aube


  • 15 février 2020

    Jean Meckert vous attrape par le paletot !

    Lire les romans noirs de Jean Meckert, ou Jean Amila - le plus illustre de ses pseudonymes -, ça bouscule, ça dézingue.
    Inspirée de la propre expérience de l’auteur dans le maquis, l’histoire de Laurent se situe dans l’immédiat après-guerre, en 1946, dans un village des Alpes. Il se trouve malgré lui embrigadé par quelques anciens maquisards qui continuent l’épuration. Ils ne peuvent accepter cette « liberté » que la victoire leur a annoncée, mais qui ne sert que les puissants, « cette goule, cette tromperie, cette farce habillée par les poètes malins »....


  • par (Libraire)
    26 novembre 2019

    Il faudrait le lire sans avoir parcouru le résumé, sans avoir jeté un œil à la quatrième de couverture, pour tout découvrir dans cette langue âpre et splendide, pour être surpris à chaque page, pour découvrir peu à peu ces personnages taillés à la serpe et leur sens du devoir tout personnel.
    Un grand roman.