Suivez-nous
Les Filles de la Walilu

Les Filles de la Walilu

Cécile Roumiguière

École des Loisirs

  • 23 août 2020

    Je rentre de la presqu'île de lurföll, une société matriarcale. Une sorte d'utopie. Ni simple rêve de bonheur collectif, ni programme révolutionnaire, un texte voué à la recherche de l'harmonie parfaite entre les mots et le propos. Une société désirable de la cité humaine et ses principales questions d'ordre social et psychologique qu'elle soulève. Lieu de nulle part où les femmes sont libres d'être. Elles sont la négation et l'affirmation d'une spatialité. La négation des croyances archaïques de la femme au visage brûlé et l'affirmation d'Albaan Blosseüm. Nous entrons dans la chimère et l'illusion que la raison méprise ou condamne trop souvent. Sur la presqu'île, Arcadie sexuelle, on aime librement dans la chambre aux bourgeons, lieu de délices ( le pendant féminin de la garçonnière). L'imaginaire social est truffé de jolis mots au fil des pages. Cécile Roumiguiere adopte une forme narrative qui prend le plus souvent celle d'un récit de voyage conduisant à un monde inconnu. Un monde autre, dans lequel il appartient à l'instance narrative de faire pénétrer le lecteur, apparaît pleinement constitué en réalité distincte. L'exotisme imaginaire repose sur une constitution rationnelle et un idéal de cité heureuse gouvernée par les femmes. Une confiance toute nouvelle aux propres possibilités du gynécée moral.
    "Un écheveau de fils emmêlés, chaque noeud tire et fait violence " entre ces femmes et c'est sublime. On entre dans des tanières aux fleurs séchées, aux philtres secrets où " la vie est un déferlement de vagues qui font rouler les galets." Il est beau ce roman parce qu'il tire de ses origines l'observation lucide et reprobatrice du réel existant. L'autrice explore des possibles grâce à cette jolie fable envoûtante.


  • 19 juin 2020

    Une pépite !

    C'est une histoires de femmes (et d'hommes aussi un peu).
    C'est une histoire d'héritage et de transmission, une histoire d'amour(es).
    C'est une histoire de vie dans un écrin de nature nordique.
    Une histoire qui vous reste tatouée dans la peau.
    Et cette couverture de Joanna Concejo est juste parfaite !


  • par (Libraire)
    10 mai 2020

    Filles de la Walïlü :
    C'est un texte délicat
    C'est un conte poétique qui nous invite à grandir, à réfléchir avec l'héroïne principale.
    C'est un roman où tout vous questionne, vous happe.
    C'est un voyage à l'autre bout du monde où trônent les femmes, on vit leurs désirs, leurs maux, leurs coutumes, leurs égarements, leurs peurs.
    C'est tout simplement sublime.


  • par (Libraire)
    23 avril 2020

    Conte moderne

    Histoire d'une vie, celle d'Albaan, sur la presqu'île matriarcale d'Iurföll, les hommes étant en mer. Univers très poétique, proche d'un conte moderne.
    Très bon moment de lecture.


  • par (Libraire)
    9 avril 2020

    A partir de 13 ans

    Comme un clin d’œil à l'île de Ouessant, sur la presqu'île de Lurföll les hommes travaillent en mer et ce sont les femmes qui gouvernent. Elles assument tous les rôles, toutes les fonctions et sont libres de vivre les amours qu'elles souhaitent.

    Malgré cette apparente liberté, les traditions y sont fortes et respectées : hors de question de faire comme sur le continent !
    Planent sur ce livre comme une odeur de terre et d'humus, de chants traditionnels et de danse, de décoctions et de sorcellerie.

    Albaan, notre héroïne devra creuser encore et encore pour faire tomber les masques sur cette apparente sérénité.