Suivez-nous
De parcourir le monde et d'y rôder

De parcourir le monde et d'y rôder

Grégory Le Floch

Christian Bourgois

  • par (Libraire)
    14 janvier 2021

    Où le narrateur trouve par un jour banal une chose non identifiée dans la rue. Parce qu'il est parfois difficile de demeurer face à l'absence de sens, il se met en quête d'en retrouver l'origine et le propriétaire. Une écriture audacieuse faisant la part belle à l'esprit d'escalier et un univers volontiers surréaliste!


  • par (Libraire)
    25 novembre 2020

    Voici le point de départ de cet audacieux roman intégralement déroutant : la trouvaille fortuite, sur un trottoir, d'une "chose", tenant dans la main, non identifiée voire non identifiable, "chose" qui sera au cœur de toutes les attentions et de tous les questionnements de son dénicheur. Notre narrateur est un bien étrange personnage, à n'en pas douter un être extrasensible et gravement perturbé : vaguement simplet, un brin naïf, peut-être surdoué, totalement névrosé, terriblement attachant, et qui s'avère être un véritable tombeur en de très cocasses occasions !

    " De parcourir le monde et d'y rôder" nous invite à la dérive entre voyage initiatique et conte philosophico-psychédélique, dans un monde actuel, notre monde, bien en chair et en chaos, où l'angoisse cède la place à l'absurde, et où au gré de rencontres improbables, sont renouvelés des errances, des espoirs, des désertions.
    Et si nous partions du principe qu'à une situation donnée nous allions exactement à l'encontre des règles et de la morale établies? Avec les mots, tout est permis. Quel bonheur de suivre ce personnage, qui semble avoir encore la déraison de s'émerveiller de tout, tout en apprenant à réciter la sacro-sainte trinité échec, déception, profit.

    Et je n'ai pas encore parlé de ce style, de ce phrasé, d'une maîtrise diabolique, d'une folie sidérale et sidérante souvent très drôle, parfois amer...Non sérieusement, lisez, rendez-vous compte par vous-même, osez l'expérience, succombez. Quel homme malicieux se cache donc sous toute cette folie, sous ce génie doux-dingue à l'imagination délicieusement délurée ?