Suivez-nous

Sous le signe des poissons

Marguerite Capelle

Christian Bourgois

  • 14 juillet 2021

    Le mythe du poisson

    Lucy, trentenaire, désespérée, s’engage après une rupture dans un groupe de paroles tout en gardant la maison et le chien diabétique de sa demi-sœur à Los Angeles.
    Une rencontre insolite chamboule son quotidien pathétique pour l’entraîner vers une relation improbable et pourtant …….

    Roman en partie autobiographique, décidément moderne et cru, dynamique et drôle avec le parti pris d’un style direct, impudique et culotté, détaillant scrupuleusement conquêtes et déceptions amoureuses….

    Melissa Broder mêle désir et amour de manière désinvolte et explosive tout en y intégrant une part d’émotion et de fiction amenant le lecteur vers une fin borderline ……

    Audacieux.


  • par (Libraire)
    16 juin 2021

    "Sous le signe des poissons" est un roman sensationnel, formidable, vraiment, ne vous lancez pas le défi de passer à côté, c'est une lecture inoubliable, d'une grande fraîcheur et d'une très grande profondeur.
    Tour à tour drôle, grave, trash, tendre, violent, élégant, fantasque et lucide, Melissa Broder ne fait pas toujours dans la dentelle mais sait aussi s'en revêtir pour nous parler d'amour, de son absence, de désir, de dérapages, du vide, qui nous fait tourner sans fin dans notre bocal en quête de moyens pour le faire déborder.
    Lucy, à la petite quarantaine généreusement dépressive, fraîchement séparée, sans enfants, tente d'adoucir ses creux par quelques séances de thérapie de groupe donnant la parole à des femmes aux expériences "mâleureuses" mais jamais rassasiées d'histoires, d'envies grisantes et de désespoir, et en risquant de nouvelles rencontres ou "plans culs avec espoir d'affinités", jusqu'à ce que...
    On ne s'ennuie jamais, et oscillons avec ravissement du rire aux larmes entre très jolies réflexions profondes et justes sur la dépression, les sentiments, la solitude, le vide et des scènes de sexe crues et débridées mais jamais vulgaires.
    Et si au fond tous ces blancs, toutes ces errances, n'étaient pas les vrais acteurs de nos vies?


  • par (Libraire)
    29 mai 2021

    Melissa Broder a la candeur girly de Sophie Kinsella et le verbe cru de Philip Roth, et ça décoiffe ! On s'attache à son héroïne Lucy, quadra fraîchement larguée, lancée dans une audacieuse quête du grand amour...
    Drôle, cash, coquine, un peu barrée : c'est LA lecture de l'été !