Suivez-nous

Jean-Paul Belmondo 9 avril 1933 - 6 septembre 2021

Au-delà de Belmondo, le cinéma français

Une histoire du cinéma français

Éditions de l'Observatoire

20,00

Catherine Deneuve et François Truffaut, Gérard Depardieu et Patrick Dewaere, Isabelle Adjani et Jean-Paul Belmondo, Alain Resnais et Romy Schneider, Sophie Marceau et Vincent Lindon... : tous et toutes ont été les clients d'Artmedia, l'une des plus prestigieuses agences artistiques, qui a inspiré à Dominique Besnehard - son agent vedette - la série à succès Dix pour cent. Agence mythique, Artmedia a révolutionné le métier d'impresario, celui d'acteur et le septième art, composant au plus haut de sa gloire 80 % des génériques français. Mais plus qu'une agence, Artmedia est à la fois la pierre angulaire et l'âme du cinéma. Créée par Gérard Lebovici en 1970, elle est rapidement devenue incontournable.  Ce que l'on connait moins, c'est le destin incroyablement romanesque de cette institution, qui est indissociable de celui de ses dirigeants : le « roi Lebo », son fondateur, fils de déportés sans qui aucun film n'était possible ou presque dans les décennies 1970 et 1980, et dont le meurtre mystérieux, en 1984, ne fut jamais élucidé. Jean-Louis Livi, enfant d'ouvrier immigré, ami et agent des plus grands devenu un producteur français majeur. Et Bertrand de Labbey, descendant d'aristocrate peu fortuné, comptant parmi les plus puissants entrepreneurs de la musique et du cinéma, avec à ses côtés Julien Clerc, Jamel Debbouze, ou aujourd'hui Jean Dujardin. Trois destins qui retracent l'histoire du cinéma, et nous offre un ticket d'entrée inédit dans ses coulisses, au-delà des projecteurs, là où tout se décide et se joue. Plus de cinquante ans après sa création, Jean-Louis Livi et Bertrand de Labbey ont accepté de se livrer sur ces années pour raconter leur Artmedia, au côté d'une quinzaine d'agents, sortis de l'ombre pour l'occasion, et des grands noms du métier : Fanny Ardant, Nathalie Baye, Francis Huster, François Ozon, Thierry Frémaux, Francis Veber, Xavier Beauvois ou Kad Merad, et plus encore.



13,90

Le spectacle cinématographique est né un soir de décembre 1895. Puis très vite se développa l’industrie du cinéma, bien avant que celui-ci ne soit consacré en tant qu’art. L’histoire du cinéma français est donc à la fois celle d’un divertissement populaire, d’une industrie et d’un art.
Pour tenter d’en rendre compte, ce livre retrace les grandes lignes de feu de l’aventure du « septième art » évoquant la création des studios de production et les réalisateurs majeurs, de Méliès à Pialat ou Garrel, de L’Herbier à Bresson ou Godard en passant par Vigo, Clair ou Renoir. C’est dans ce foisonnement des oeuvres que s’écrit une histoire possible du cinéma français.
Enrichie d’illustrations, cette 4e édition propose également un nouveau chapitre consacré au jeune cinéma français.


Une promenade en 130 films et quelque 400 documents, depuis l'invention des frères Lumière jusqu'aux plus récentes récompenses glanées à Cannes ou à Hollywood, par un spécialiste du cinéma français, Jean-Luc Douin, avec une préface de Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes.