Suivez-nous

FRANCOIS DEPEAUX

Lespinasse

1853 1920

25,00


François Depeaux, l’homme aux 600 tableaux, Au musée des Beaux-Arts de Rouen

Au musée des Beaux-Arts de Rouen

Collectif

Beaux Arts Ed

9,50

Rouen rend hommage à l’une des figures centrales de l’impressionnisme et l’un des trois plus grands collectionneurs de l’impressionnisme de son temps. Grand industriel, magnat du charbon, François Depeaux (1853–1920) est aussi un mécène et collectionneur passionné, qui posséda jusqu’à 55 Sisley, 20 Monet, des chefs-d’œuvre signés Renoir, Toulouse-Lautrec, Pissarro… Il connut personnellement certains des artistes de sa collection, comme Monet (il est le premier à acquérir une des toiles de la série Cathédrale), Pissarro ou encore Sisley. Il fut aussi l’ardent défenseur de l’École de Rouen, soutenant notamment Delattre et Pinchon en leur organisant des expositions à Paris.
Suite à un divorce désastreux, il perdit hélas une partie de sa fortune – et de ses tableaux – et les tourments de la guerre de 1914, firent le reste… Depeaux légua au musée des Beaux-Arts quelque 69 tableaux – présentés à l’exposition – dotant ainsi Rouen d’une collection unique en Province.
Beaux Arts Éditions revient sur l’aventure artistique et économique de cet industriel philanthrope en restituant cette immense collections aujourd’hui dispersée dans le monde entier. L’édition dressera également le portrait de Rouen à l’époque…

Exposition au musée des Beaux-Arts de Rouen,
du 11 juillet au 15 novembre 2020


Nuits électriques, Catalogue de l'exposition présentée au MuMa du Havre du 3 juillet au 1er novembre 2020

Catalogue de l'exposition présentée au MuMa du Havre du 3 juillet au 1er novembre 2020

Collectif

Octopus Edition

29,00

Siècle majeur de transformations, le XIXe siècle voit le paysage nocturne évoluer radicalement avec l'apparition de l'éclairage artificiel. Longtemps obscure, la nuit urbaine s'illumine progressivement, se parant d'ambiances plus variées. Jeux d'ombres et de lumières, effets de clair-obscur et de contre-jour, premières publicités au néon, un nouvel éventail d'expériences visuelles apparait, teinté d'une magie et d'une poésie propres au monde de la nuit.
Entre fascination, admiration, curiosité et nostalgie, ces métamorphoses nocturnes marquent fortement les artistes.
Partout en Europe, peintres, graveurs, photographes, les plus ouverts aux manifestations de la modernité, en font un sujet de prédilection.
Avec Nuits électriques, le MuMa - Musée d'art moderne André Malraux au Havre, explore pour la première fois cette question de la perception de l'éclairage artificiel urbain par les artistes, de la seconde moitié du XIXe siècle à la veille de la Première Guerre mondiale.