Suivez-nous
Fuck America. Les aveux de Bronsky, les aveux de Bronsky
Format
Poche
EAN13
9782757818022
ISBN
978-2-7578-1802-2
Éditeur
Points
Date de publication
Collection
Points Littérature (POIN002349)
Nombre de pages
320
Dimensions
18 x 11 x 1,7 cm
Poids
200 g
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Code dewey
850
Fiches UNIMARC
S'identifier

Fuck America. Les aveux de Bronsky

les aveux de Bronsky

De

Points

Points Littérature

Indisponible

Ce livre est en stock chez 5 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Soyons clairs : Jakob Bronsky est un bon à rien. Tout juste débarqué aux États-Unis, il erre dans le New York miteux des années 1950, parmi les clodos et les putes. L'American Way of Life ? Comprend pas. Le rêve américain ? Encore moins. Jakob Bronsky a deux buts dans la vie : le sexe et l'écriture de son premier roman sur les ghettos juifs qu'il a connus. Un futur best-seller à coup sûr !
Né en Allemagne en 1926, Edgar Hilsenrath a connu les ghettos durant la guerre, avant de partir pour Israël et pour New York. C'est aux États-Unis que Fuck America connaît son premier grand succès.
" Situations loufoques. Dialogues déjantés. Et humour vache à faire pâlir les bien-pensants. Un ovni littéraire doué de malin plaisir, qui bouscule la narration et les idées convenues. "
Télérama
Traduit de l'allemand par Jörg Stickan
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

12 mai 2013

Jakob Bronsky est un juif allemand, rescapé des ghettos, arrivé en Amérique au début des années 1950. Sans le sou, il vit de petits boulots et de combines plus ou moins légales. Au milieu des prostituées et des clochards des ...

Lire la suite

26 avril 2010

Avertissement : Amoureux du langage châtié s’abstenir de cette lecture. Je ne sais pas comment parler de ce livre. Dérangeant, iconoclaste, voilà les premiers mots qui me viennent à l’esprit. L’autobiographie occupe une place importante car Edgar Hilsenrath né en ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Edgar Hilsenrath