Suivez-nous
La Barbarie ordinaire, Music ŕ Dachau
1 autre image
Éditeur
Editions Gallimard (patrimoine numérisé)
Date de publication
Collection
Blanche (1)
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
709.2
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

  • AideEAN13 : 9782072403545
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    10.99

Autre version disponible

Plutarque raconte que, des sept mille Athéniens faits prisonniers durant les guerres de Sicile, échappčrent aux travaux forcés dans les latomies, et donc ŕ la mort, ceux qui surent réciter ŕ leurs vainqueurs Grecs comme eux, quelques vers d'Euripide. Les nazis n'appliqučrent pas ce trait de clémence antique aux déportés des camps. Citer Goethe ou Schiller ne fut ŕ ces derniers d'aucun secours. Pourtant la mémoire - la culture - joua un rôle majeur dans le destin des déportés. Savoir par cur un počme met ŕ l'abri du désastre. Ce que l'on garde en esprit, aucune Gestapo, aucune Guépéou, aucune C.I.A. ne peut vous le retirer. En septembre 1944, le peintre Zoran Music est déporté ŕ Dachau. Il y réalise, au risque de sa vie, une centaine de dessins décrivant ce qu'il voit : les scčnes de pendaison, les fours crématoires, les cadavres empilés par dizaines, c'est-ŕ-dire l'indescriptible. Plus que la formule trop citée d'Adorno sur Auschwitz, la question que pose ce livre est la suivante : que pouvait alors la mémoire contre la mort, l'art contre l'indicible ? Non pas 'aprčs', mais dans le quotidien de la vie des camps ? Que peut-elle aujourd'hui dans une modernité qui, par son déni de la culture au nom de l'égalitarisme, et par sa tentation, au nom du progrčs biologique, de légaliser l'euthanasie et l'eugénisme, semble souscrire au nomos de la vie concentrationnaire męme ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean Clair