Suivez-nous
Vivre en bourgeois, penser en demi-dieu
  •  
Format
Broché
EAN13
9782213701677
ISBN
978-2-213-70167-7
Éditeur
Fayard
Date de publication
Collection
Littérature Française
Nombre de pages
234
Dimensions
21 x 13 x 1 cm
Poids
332 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
UTF-8 / MARC-8

Vivre en bourgeois, penser en demi-dieu

De

Fayard

Littérature Française

Offres

Autre version disponible

«  Entre sa correspondance éprise d'une liberté exubérante et contradictoire, et ses romans et contes ciselant ses regrets d'autres siècles, l'ennui et la sottise de l'esprit bourgeois, Flaubert, ermite et mondain, apparaît comme l'un des colosses de son temps. Il n'aime pas le port mais la haute mer. Ses hautes vagues, ses creux et ses houles. L'acteur-auteur y nage et s'y noie, par les champs et par les grèves bretonnes, dans les boues et les gouffres des chantiers d'Haussmann, dans les bordels du  Caire et les jupons des courtisanes de la rue Saint-Honoré, dans les silences orageux partagés avec sa mère, son jardinier ou son chien, dans le secret de ses amours londoniens avec miss Herbert, ou celui, très officiel et ô combien tempétueux, avec Louise Collet... Mystique et queutard, gourmand et ascétique, il cerne le sujet invisible, le rien, cet autre univers qui, comme la terre, se tient en l'air sans être soutenu, le silence de la littérature .
J'enquête, mes mots ricochent sur les siens, l'onde s'écarte en cercles de plus en plus grands, puis disparaît à l'horizon, lui qui recule à mesure que l'on s'avance.  »
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Jacques Weber était l'invité de La Galerne le 16 février 2018 pour présenter son livre "Vivre en bourgeois, penser en demi-dieu" (éditions Fayard).

"Vivre en bourgeois, penser en demi-dieu"
Avec Jacques Weber
Le , L'Armitière

En 2015, Jacques Weber avait interprété Flaubert dans une adaptation au théâtre de sa correspondance. Il lui consacre aujourd’hui un livre très personnel.
«Entre sa correspondance éprise d'une liberté exubérante et contradictoire, et ses romans et contes ciselant ses regrets d'autres siècles, l'ennui et la sottise de l'esprit bourgeois, Flaubert, ermite et mondain, apparaît comme l'un des colosses de son temps. Il n'aime pas le port mais la haute mer. Ses hautes vagues, ses creux et ses houles. L'acteur-auteur y nage et s'y noie, par les champs et par les grèves bretonnes, dans les boues et les gouffres des chantiers d'Haussmann, dans les bordels du Caire et les jupons des courtisanes de la rue Saint-Honoré, dans les silences orageux partagés avec sa mère, son jardinier ou son chien, dans le secret de ses amours londoniens avec miss Herbert, ou celui, très officiel et oh combien tempétueux, avec Louise Collet... Mystique et queutard, gourmand et ascétique, il cerne le sujet invisible, le rien, « cet autre univers qui, comme la terre, se tient en l'air sans être soutenue, le silence de la littérature ».

Autres contributions de...