Suivez-nous
Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle, XXXVIIIe Congrès de la SHMESP (Cergy-Pontoise, Évry, Marne-la-Vallée, Saint-Quentin-en-Yvelines, 31 mai-3 juin 2007)
Format
Objet (globe terrestre, sous-mains, etc.)
Éditeur
Publications de la Sorbonne
Date de publication
Collection
Histoire ancienne et médiévale
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle

XXXVIIIe Congrès de la SHMESP (Cergy-Pontoise, Évry, Marne-la-Vallée, Saint-Quentin-en-Yvelines, 31 mai-3 juin 2007)

Publications de la Sorbonne

Histoire ancienne et médiévale

Offres

  • AideEAN13 : 9791035101787
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    14.99

Autre version disponible

Les chercheurs en sciences humaines et sociales s'interrogent depuis une
vingtaine d'années sur leurs disciplines et leurs pratiques. L'histoire
médiévale n'échappe pas à ce phénomène, même si, contrairement à l'Allemagne,
l'historiographie française a davantage produit des bilans qu'une réelle
réflexion sur les institutions, les acteurs de la recherche et les pratiques.
Ce questionnement épistémologique, qui est au cœur du XXXVIIIe Congrès de la
Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, dépasse
toutefois les seuls professionnels de l'Histoire, puisqu'il s'agit de
réfléchir à ce que représente le Moyen Âge aujourd'hui : la demande sociale
envers les médiévistes est plus forte que jamais et se nourrit à la fois du
succès de mondes imaginaires, qui s'inspirent ouvertement de lui, et de la
recherche d'une identité locale dans un passé millénaire. L'émergence de
nouvelles modalités d'élaboration du savoir, en particulier par le
décloisonnement des disciplines - les relations entre archéologie et histoire
des textes, entre histoire médiévale et littérature, géographie et sciences
sociales - tout comme l'examen des formes de sa diffusion - comment enseigner
l'histoire médiévale ? - sont autant de défis pour les médiévistes du XXIe
siècle. Par ailleurs, les bouleversements provoqués par la révolution
numérique touchent directement le travail des historiens. Plusieurs
contributions offrent un regard neuf sur les mutations déjà à l'œuvre dans les
pratiques en raison de l'informatisation, de la numérisation et de
l'utilisation d'Internet : quelles sont les nouvelles relations entre les
médiévistes et l'image à l'époque de l'écran global ? Quels sont les enjeux du
tournant numérique dans l'édition et l'étude des textes manuscrits ? Les
organisateurs ont voulu mener ces réflexions non dans le seul cadre national,
mais en associant à leurs travaux les représentants d'autres sociétés de
médiévistes venus d'Europe, mais aussi d'Amérique latine, avec lesquels
plusieurs établissements d'enseignement supérieur et de recherches ont tissé
des liens forts depuis de nombreuses d'années. En effet, le Moyen Âge n'est
nullement la « propriété » de la vieille Europe, bien qu'il soit pour elle une
référence identitaire évidente.
S'identifier pour envoyer des commentaires.