Suivez-nous
Politique de l'esprit, Auguste Comte et la naissance de la science sociale
Éditeur
Hermann
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Politique de l'esprit

Auguste Comte et la naissance de la science sociale

Hermann

Offres

  • AideEAN13 : 9782705686079
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      110 pages

      Copier/Coller

      22 pages

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    15.99

  • AideEAN13 : 9791037000330
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      110 pages

      Copier/Coller

      22 pages

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    15.99
La sociologie n'est pas un savoir quelconque. Dans son statut scientifique,
elle entretient un rapport à la politique qui, loin d'être extérieur, touche à
sa définition même. Voulue par une société déterminée, à un moment déterminé
de son histoire, la sociologie a surgi sur l'onde de choc de la Révolution
française comme un savoir manquant, une tâche à remplir pour que la politique
moderne puisse enfin s'accomplir. Son but fut d'abord d'élever la pensée à la
hauteur du grand défi lancé par la Révolution : faire de la société le sujet
de ses propres transformations, lui fournir les moyens d'agir sur elle-même.
Bruno Karsenti explore ici cette refondation de la politique au prisme de
l'œuvre d'Auguste Comte. Grâce à Comte, une alternative s'ouvre, en marge des
conceptions qui dominent et structurent le débat public, où les conditions de
fonctionnement des sociétés post-révolutionnaires sont projetées en pleine
lumière. À l'appui d'une conception de l'esprit radicalement nouvelle qui
culmine dans une anthropologie, il s'agit de déployer sans fléchir toutes les
conséquences du fait qu'une société parvienne au gouvernement d'elle-même. Et
il s'agit aussi, en contrepoint, de rendre plus apparents nos propres
évitements, lorsque nous nous contentons d'une acception convenue, et au fond
peu exigeante, de la démocratie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.