Suivez-nous
Adopte un virus.com, Quand les microbes passent de l'animal à l'homme
Éditeur
Delachaux et Niestlé
Date de publication
Collection
Environnement et écologie
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Adopte un virus.com

Quand les microbes passent de l'animal à l'homme

Delachaux et Niestlé

Environnement et écologie

Offres

  • Aide EAN13 : 9782603028087
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    11.99

  • Aide EAN13 : 9782603028100
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    11.99

Autre version disponible

**Un éclairage passionnant sur le rapport entre humains et animaux par virus
et autres microbes interposés, pour nous aider à mieux comprendre la Covid-19
et la crise sanitaire que nous traversons actuellement.** Humains et animaux
partagent beaucoup. Pourtant, ici, il ne sera question que d’un partage bien
particulier : celui des microbes, en tous genres et en tous sens,
potentiellement responsables de divers maux. Les maladies transmissibles se
transmettent, c’est dans leur nature. En revanche, la mondialisation est une
réalisation humaine et l’emballement imposés par le système économique global
semble bien être la cause de l’émergence de la Covid-19 et de la pandémie
associée. La mondialisation a complètement bouleversé, entre autres,
l’épidémiologie des maladies infectieuses et contagieuses. Nouvelles ou
anciennes, ces maladies ont durablement marqué l’humanité ; l’histoire et la
géographie de certaines d’entre elles (peste, coronavirus, tuberculose,
rage...) sont présentées dans cet ouvrage pour mieux les comprendre. Le nouvel
ordre mondial sera-t-il fondé sur des références et des contraintes
sanitaires, comme c’est le cas depuis le début de l’année 2020 ? Un
renouvellement de notre rapport à la nature s’impose : lutte contre la
destruction et l’artificialisation des milieux, réduction des pollutions,
maîtrise climatique, maintien d’espace pour le vivant non humain et non
domestique. Il faut aussi s’attaquer aux inégalités sociales, à la pauvreté, à
la corruption et mettre en avant l’intérêt général, planétaire. Si la santé et
la qualité de vie passent avant les seuls indicateurs économiques, alors
l’espoir est permis et la dure leçon du coronavirus aura été entendue.
Préserver la biodiversité, son potentiel adaptatif, ses capacités évolutives
et sa forte résilience, c’est peut-être réapprendre à vivre ensemble. Grâce à
un virus.
S'identifier pour envoyer des commentaires.