Suivez-nous
Sur la mort de Valentinien II
Format
Broché
EAN13
9782204147507
ISBN
978-2-204-14750-7
Éditeur
Cerf
Date de publication
Collection
SOURCES CHRETIE (SOCH000630)
Nombre de pages
216
Dimensions
19,5 x 12,5 x 1,3 cm
Poids
228 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Sur la mort de Valentinien II

De

Traduit par

Préface de

Cerf

Sources Chretie

Offres

L'oraison funèbre de l'empereur Valentinien II (375-392) a été prononcée par Ambroise, évêque de Milan, en juillet/août 392, plus de deux mois après la mort du prince (15 mai 392) à Vienne, d'où il se disposait à passer en Italie.
L'oraison funèbre de l'empereur Valentinien II (375‑392) a été prononcée par Ambroise, évêque de Milan, en juillet/août 392, plus de deux mois après la mort du prince, le 15 mai 392 à Vienne (en Gaule), d'où il se disposait à passer en Italie.Des raisons politiques, mais surtout des relations personnelles, de respect filial chez l'un, d'affection paternelle chez l'autre, unissaient l'empereur, mort à 21 ans, et son prestigieux aîné. La mort brutale et inattendue de Valentinien avait soulevé la question du " genre de la mort " : assassinat ou suicide ? À cette question, qui aujourd'hui encore n'est pas tranchée, l'évêque se refusa, par prudence politiqueou manque de certitude, à répondre, tout en s'efforçant de répliquer à ceux qui l'incriminaient pour cette mort. En tant que témoin le plus proche, le plus directement intéressé, il souhaite éviter de créer la division dans une cérémonie aussi solennelle. Tourmenté par le remords d'avoir tardé à conférer le baptême à Valentinien, il souligne l'importance du baptême de désir, tout en rappelant le sens chrétien dela mort comme étape vers la vie éternelle. Ambroise a ainsi donné à son discours la forme et le ton d'une prière, la Bible – notamment le Cantique des cantiques – prenant progressivement le pas sur la rhétorique classique et la poésie profane.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Ambroise
Plus d'informations sur Guy Sabbah