Suivez-nous
Format
Broché
EAN13
9782877042529
ISBN
978-2-87704-252-9
Éditeur
"Éditions Unes"
Date de publication
Nombre de pages
88
Dimensions
21 x 15 x 0,1 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Journal de Diogène

"Éditions Unes"

Offres

Ce Journal de Diogène est une réécriture contemporaine de la vie de Diogène le cynique, célèbre figure de l’antiquité qui vivait dans une jarre en marge de la société. Cédric Le Penven s’appuie sur les événements saillants de la vie du philosophe provocateur et virulent, tels que racontés dans Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres par Diogène Laërce au IIIe siècle. Avec sa chienne Arga qui est son seul compagnon, le Diogène d’aujourd’hui vit en surplomb de la ville, près d’un centre commercial en bordure d’autoroute. Dans ce monde de parkings, de baies vitrées et d’agents de sécurité, le clochard affamé se nourrit de poubelles et de sa détestation de ceux qu’il appelle ses « frères humains », dénonce les travers d’un mode de vie vissé à la surconsommation, l’aliénation au travail, les vies à crédit et les antidépresseurs. Si Le Penven n’édulcore rien des outrances de son modèle antique – invectives acerbes, scatologie, cynisme noir –, sa volonté de retour à la nature trouve de puissants échos avec l’urgence écologique contemporaine. Un rapport au monde, au sol, aux étoiles, le plaisir d’entendre la neige crisser sous les pieds, de s’asseoir au bord du fleuve et de regarder « l’eau qui fumait dans l’aube », d’oublier son regard dans la nuit. Il existe tout autour de nous quelque chose de plus vivant que nous et à quoi nous tournons le dos. Diogène se veut loin des hommes sous tous les aspects, alors qu’il n’en est qu’à l’écart, à portée de vue. Il ne peut s’empêcher de les observer, de leur parler, même s’il semble rêver d’une humanité sans hommes, mais à quoi bon ? Et peut-on regarder l’humanité de haut ? Ce sont les rencontres impromptues qui vont l’ouvrir à la tendresse, avec Jésus, un autre mendiant qui vient vers lui le soir de Noël, puis Gatzo le tzigane, avec qui va se nouer une histoire entre amitié et amour. Deux rencontres brèves, dont l’issue douloureuse, si elle ébrèche la haine de Diogène, et lui montre qu’il « a tort » dans sa posture, précipitent sa fin. Les repères sont brouillés et le moraliste finalement est fou. En conclusion de ce livre amer et solitaire, Le Penven opère une transfiguration littérale du cynisme de son clochard philosophe qui se réfugie dans une société de canidés, une meute aussi violente que celle des hommes où voracité et dévoration sont les seules façons de s’approcher et de s’aimer.
S'identifier pour envoyer des commentaires.