Suivez-nous
La vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914
EAN13
9782010053993
ISBN
978-2-01-005399-3
Éditeur
Hachette Littératures
Date de publication
Collection
ESSAIS
Nombre de pages
380
Dimensions
20 x 13 x 3,6 cm
Poids
426 g
Langue
français
Code dewey
328.4409
Fiches UNIMARC
S'identifier

La vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914

De ,

Hachette Littératures

Essais

Offres

Pierre Guiral

Né en 1909 à Marseille, agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur honoraire à l'Université de Provence. Auteur de nombreux ouvrages sur la conquête de l'Algérie, la vie politique au XIXe siècle, la société française de 1815 à nos jours, il a publié La Vie quotidienne en France à l'âge d'or du capitalisme.


Guy Thuillier

Né en 1932, conseiller référendaire à la Cour des Comptes. Il a publié notamment en 1976 La Vie quotidienne dans les ministères au XIXe siècle. Et en 1979 : Regards sur la haute administration en France.

Ils ont publié ensemble, en 1978 : La Vie quotidienne des Domestiques en France au XIXe siècle, qui a reçu le prix Broquette-Gonin de l'Académie française.


La vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914

De 1871 à 1914, des hommes politiques de premier plan ont siégé au Palais-Bourbon. Mais si l'histoire a braqué ses projecteurs sur Jules Ferry Gambetta, Clemenceau, Jaurès, Poincaré, Briand, Caillaux... elle a, le plus souvent, laissé dans l'ombre le député moyen et celui-ci est mal connu, malgré ses fréquents contacts avec ses « chers électeurs ». Sa vie est épiée, ses paroles sont pesées, ses moindres déclarations examinées. Mais nul ne le regarde avec un oeil objectif. C'est donc ce qu'ont voulu faire les auteurs de ce livre en étudiant, grâce à une énorme documentation, rigoureusement analysée, la vie quotidienne des députés de 1871 à 1914.

Qui avait le plus de chances d'être élu député ? Le propriétaire foncier, l'avocat, le médecin ? Comment devenait-on député ?

Quel était le train de vie des députés ? Jusqu'à la loi de 1907 qui fait passer l'indemnité parlementaire de 9 000 francs à 15 000, le député qui n'avait pas de fortune vivait difficilement. Enfin, que représentait la Chambre pour le député ? Un club où les députés se tutoyaient ? Un théâtre où s'affrontaient les idéologies les plus opposées et les personnalités les plus fortes ? Les deux, pour Maurice Barrès, qui nous a laissé des pages inoubliables sur les houles de l'hémicycle au temps de Panama.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Guy Thuillier
Plus d'informations sur Pierre Guiral