Suivez-nous
La vie quotidienne au Brésil au temps de Pedro Segundo 1831 - 1889, 1831-1889
EAN13
9782010039676
ISBN
978-2-01-003967-6
Éditeur
Hachette Littératures
Date de publication
Collection
La Vie quotidienne
Nombre de pages
316
Dimensions
20 x 13 x 3 cm
Poids
359 g
Langue
français
Code dewey
981.04
Fiches UNIMARC
S'identifier

La vie quotidienne au Brésil au temps de Pedro Segundo 1831 - 1889

1831-1889

De

Hachette Littératures

La Vie quotidienne

Offres

Frédéric Mauro


Agrégé d'histoire en 1947, Frédéric Mauro a été élu en 1968 à la première chaire d'histoire d'Amérique latine créée en France, celle de la faculté des lettres et sciences humaines de Paris-Nanterre. II a été à diverses reprises professeur à l'université de Sao Paulo et dans d'autres universités brésiliennes. Membre correspondant de l'Académie portugaise d'Histoire, il enseigne également à l'Institut des Hautes Etudes de l'Amérique latine.



La vie quotidienne au Brésil au temps de Pedro Segundo (1831-1889)


Voici le Brésil, au sortir de l'époque coloniale, au moment où il aborde les temps modernes.

Sous la bienveillante férule d'un souverain modeste et désintéressé - Pedro Segundo, héritier de la dynastie portugaise des Bragance - le pays se transforme en un Etat libéral où tout préjugé de race tend à s'estomper. L'abolition de l'esclavage en 1888 marquera le point ultime de cette évolution.

Cependant, la société brésilienne demeure violemment contrastée : les riches propriétaires fonciers connaissent des jours heureux dans leurs luxueuses maisons de Rio, de Bahia ou de Recife tandis que la fièvre jaune fait rage et que les anciens esclaves peinent dans les plantations de café ; une Ecole des mines est créée, mais les sorciers restent tout-puissants ; les premières lignes de chemin de fer sont construites mais à la saison des pluies partout coulent des torrents de boue.

Le tableau pittoresque, haut en couleur d'une société en pleine mutation.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Frédéric Maure