Suivez-nous

Alex-Mot-à-Mots

https://alexmotamots.fr/

Alex L., lectrice compulsive, presque anonyme.
Ayant une préférence pour les bons polars, mais aimant aussi les autres genres (sauf la SF, pitié....)

15,00
2 janvier 2011

Dommage que le titre en dise trop, et m'est apparu, au fil des pages, ce qu'a dévoilé la fin du roman.
Une réalité crue, comme les mots de Jeanne pour décrire l'arrivée de ses règles, qui la propulse au rang de femme : difficile pour elle de quitter son corps de petite fille.
Une relation malsaine avec Hector, le frère de Jeanne, faite de domination et de secret.
De jolies pages sur les luciolles, même si je ne suis pas fan. Mais une description des beauté de la nature trop en contraste avec ce que vit Jeanne. Un contraste trop violent pour moi.
L'image que je retiendrai :
Le geste final de Jeanne, ne pouvant exprimer autrement sa douleur.

7,60
2 janvier 2011

Voici un roman plein d'humour ou le suspens monte au fil des pages : mais qui est le propriétaire de l'immeuble derrière tous ces meurtres (dont un par saut à l'elastique....) et qui choisit ses locataires avec une logique toute personnelle.

Alphee

2

Paquet

2 janvier 2011

Mon avis :
Où l'on retrouve nos trois pères à la recherche de leurs fils partis suivre Jésus.
Toujours autant de second degré de la part des personnages qui vivent le boulversement de l'arrivée du Messie sans y croire

2 janvier 2011

Un très beau roman sur les désastres et les incohérences de la guerre. Une écriture très pure et agréable.

La guerre vue par les yeux d'un astronome qui ne laisse passer aucun détail pour trouver la vérité et protéger la jeune fille faible.

Un père las de la vie car son amour, sa femme, est morte par sa faute et sa fille ne le sait pas. Ne sachant comment lui dire, ne pouvant communiquer avec elle, il préfère s'engager dans la dernière bataille allemande sur le front russe et lui envoit des lettres.

L'image que je retiendrai :

celle d'un sanatorium, sensé accueillir les blessés, vide. Tout le monde a deviné pourquoi au bourg, mais la loi du silence règne. Les grandes fenêtres laissent entrer un soleil qui ne réchauffe plus personne

roman

Gallimard

17,15
22 juillet 2010

4 personnages se croisent et finissent par se rencontrer dans Barcelone. Chacun cache une blessure secrète mais l'amour des livres les rapprochent peu à peu. Joaquim, professeur d'université, ouvre finalement sa librairie avec l'optique de modifier les fins des romans qu'il trouvent parfois expéditives.

Zoé et Naoki s'occupent de faire modifier ces mêmes fins par un imprimeur. Quant à Ricardo, il publie ses poèmes et décide de participer à la supercherie.

Mon avis :

Voilà un roman étrange au début intéressant et à la fin renversante. J'ai trouvé toutefois que le milieu manquait de corps, comme si l'auteur ne savait pas où guider ses personnages et avait eut une petite baisse de régime.

Il est toutefois dommage que je ne connaisse pas mieux la littérature espagnole, j'aurai sans doute mieux compris les diverses références littéraires.

Ceci dit, les idées du roman sont vraiment très originales et les constantes références à "Enigma" forts intéressantes.

Sur le blog