Suivez-nous

Marguerite O.

Cadavre exquis
par (Libraire)
17 septembre 2012

Cadavre exquis

Le ras le bol d'une hôtesse d'accueil, les affres d'un écrivain (ex -à succès) devant l'écran blanc, l'attitude ambiguë d'une éditrice vis-à-vis de son auteur vedette : la rencontre va changer leur vie. Le vinaigre va virer en eau de rose, à moins que ce ne soit le contraire. C'est le monde étrange (inquiétant ?) des livres : auteurs, éditeurs, égéries (oui, il paraît que ça existe encore), critiques, libraires et lecteurs.

Petit dictionnaire énervé de la littérature
par (Libraire)
17 septembre 2012

Petit dictionnaire énervé de la littérature

Énervé, certes. Énervant, mm...Drôle, oui. Vous ne serez pas d'accord avec toutes les notices mais les auteurs assument leur subjectivité, et sus aux clichés, aux consensus, à la mauvaise foi, à la mauvaise conscience -culpabilité ambiante même- qui entourent (ou émanent de) cette chose: la littérature. Tout n'est pas négatif bien sûr, non non. Et saluons cette flamme déclarée à l'humble marque-page: pas forcément le jolicadeau léger et, par exemple, facile à rapporter de vacancesmais le modeste, l'improviséticket de métro, feuille d'arbre, tranche de gruyère (?!) etc. Son statut est enfin reconnu. ( Ou alors vous êtes de ceux qui cornent les livres?) Une lecture amusante qui est aussi un instantané de l'état actuel de la littérature française, un document qu'on lira avec intérêt dans 50 ans quand les lecteurs demanderont pourquoi on faisait si grand cas de X. ou Y. (complétez avec les mauvais écrivains de votre choix ). Tonique.

Pompéi. La vie d'une cité romaine
par (Libraire)
17 septembre 2012

Pompéi : la vie d'une cité romaine

Ceci ne raconte pas l'éruption du Vésuve en 79 mais la vie à Pompéi avant : une bourgade prospère du sud de l'Italie, sans importance politique ni économique à l'échelle nationale. Comme l'ouvrage est organisé par thème, on peut y piocher, sauter de chapitre en chapitre. Les métiers, les passe-temps, les meubles, les bars, l'alimentationtout y est. Et on peut s'y fier : l'auteur ( professeur d'histoire antique à l'Université de Cambridge ) est d'une érudition des plus solides et au courant des dernières avancées archéologiques. Elle est aussi dotée d'humour et de bon sens. On goûtera les illustrations très bien choisies. Le livre est vif et frais, une lecture très divertissante. On peut l'apporter sur place, bien sûr, mais il invite aussi à un voyage (même dans le temps! ) entre ses pages.

Un été à Coppet

Editions de Fallois

par (Libraire)
2 août 2012

Germaine, le retour

L'été de 1816, un an depuis Waterloo:l'Europe est encore sonnée après plus de 20 années de guerre mais IL est parti, définitivement cette fois. Madame de Staël peut se déplacer comme elle veut.Elle va passer quelques mois à Coppet, où elle organise une représentation de "La mort de César" de Voltaire, l'immortel dramaturge.
L'auteur s'amuse avec des "néologismes" crânement assumés par la narratrice, qui parle de "briefing", de "résistante" etc. Elle est tellement en avance sur son temps qu'elle cite Mark Twain sans le nommer ("un Américain, je crois"). Mais l'ambiance politique est devenue inquiétante...
Un roman historique original et amusant qui donne envie de (re)faire connaissance avec cette femme extraordinaire.