Suivez-nous

Sylvie M.

récit

Gallimard

20,00
par (Libraire)
20 janvier 2021

gentleman dessinateur

C'est un récit sur la mort. La mort de Mike en Janvier 2012. Mike, son ami américain, son ami dessinateur comme lui, son aîné, mort trop tôt.
C'est aussi un livre sur le dessin. Un livre d'une grande délicatesse , où avec des mots choisis méticuleusement, ses mots de dessinateur, Emmanuel Guibert évoque l'ami disparu, ce qu'il lui doit, comment il l'a aimé, et comment il a dû lui dire adieu. Un livre sur l'amitié, bien sûr, sur les autres amis morts, sur la peinture, l'architecture... Emmanuel Guibert, bien connu du monde de la bande dessinée, grand prix 2020 du Festival d'Angoulême, créateur du génial Ariol le chevalier cheval, de la magnifique série Le Photographe, montre ici qu'il sait aussi se servir d'un crayon pour écrire. Et avec talent... beaucoup de profondeur et de générosité. Merci, gentleman dessinateur.

par (Libraire)
20 octobre 2020

Relire Giono !

Formidable étude sur Giono par Emmanuelle Lambert, la commissaire de l'exposition Giono du Mucem à Marseille l'année dernière. Sans lourdeur académique, elle revisite la vie et l'oeuvre de Giono avec beaucoup de brio. Et nous invite à lire ou relire l'oeuvre de cet immense écrivain. Provençal mais pas QUE.

Roman

Éditions Jacqueline Chambon

22,00
par (Libraire)
20 octobre 2020

Les Anciens contre les Modernes

Stettler est bientôt à la retraite. Il excelle dans son métier : décorateur de vitrine. Fier de son travail, de sa blouse grise, de son entreprise Les Quatre Saisons (LE grand magasin d'une petite ville suisse), rien ne vient troubler sa paisible existence jusqu'au jour où Bleicher arrive... pour le remplacer ? le dépasser même ??
En cette année 1968 où le combat des Modernes contre les Anciens fait rage, la vie de Stettler est bouleversée à jamais.
L'humour suisse et l'écriture toujours très sensible et délicate d'Alain-Claude Sulzer font de ce roman un grand plaisir de lecture.

Mercure de France

23,80
par (Libraire)
11 septembre 2020

5

Voilà un essai qui se lit comme un roman !
Qui mieux que le génial Julian Barnes pour décrire la littérature et les arts français (et anglais) au tournant des XIXème et XXème siècles ?? Voilà donc un essai sur la Belle Epoque qui tourne autour de trois personnages : le comte Robert de Montesquiou, le prince Edmond de Polignac, et surtout Samuel Pozzi, médecin mondain, premier à occuper la chaire de gynécologie à l'Académie de Médecine : le vrai sujet du livre, "L'Homme en rouge". C'est érudit, fin et brillant; une étude fouillée sans être platement universitaire, fourmillant d'anecdotes et de citations de Sarah Bernhardt, Whistler, Huymans, Oscar Wilde...
Le plus français des écrivains anglais nous enchante avec cette promenade littéraire et picturale. Saupoudrez de English humor...et vous aurez le livre le plus intelligent et le plus réjouissant de la Rentrée !

Roman

Flammarion

21,00
par (Libraire)
11 septembre 2020

Merci Monsieur Joncour

Le (trop) discret Serge Joncour publie en cette rentrée un roman très réussi, à la construction parfaite et à la plume toujours aussi plaisante; sans oublier un zeste d'humour entre les lignes...ce qui n'est pas pour nous déplaire.
Dans la famille Fabrier, Alexandre, seul frère d'une fratrie de quatre, veut vivre dans la ferme familiale des Bertranges dans le Lot, comme ses parents, et ses grands-parents avant lui. Difficile pourtant de résister aux tentations de l'extérieur, à la belle Constance, aux sympathiques activistes écologistes. Pas de vision idéalisée de la campagne ici mais la la relation vraie, cruelle, exigeante, entre la nature et les hommes. Depuis la canicule de 1976, l'élection de Mitterrand en 1981, celle de Chirac en 1996 et la tempête de décembre 1999, Joncour dresse le portrait d'une France qui passe de la ruralité à la sur-consommation. Sans cliché, sans dogme et avec beaucoup d'humour, il pointe du doigt les contradictions des écolos, les dérives de la classe politique et l'inéluctable mécanisation de l'agriculture... conduisant la vie paysanne à sa perte. Sans oublier une fin tonitruante !