Suivez-nous

Roselyne R.

par (Libraire)
5 septembre 2013

Comme au cinéma

J'ai beaucoup aimé ce roman inspiré d'une histoire vraie et dont l'intrigue se déroule à Buenos Aires, au lendemain de la dictature. Une femme est retrouvée morte en bas de chez elle, défenestrée. Son psychologue de mari est accusé de l'avoir poussé. Persuadée que ce n'est pas un criminel, une de ses patientes mène l'enquête afin de le faire sortir de prison...

À la fois roman policier, roman psychologique et roman historique, je ne pouvais plus m'arrêter de lire. C'est construit d'une telle façon, l'auteur nous entraîne sur tant de pistes, qui se révèleront par la suite vraies ou fausses, que je me suis prise au jeu de cette enquête. Des chapitres courts, des rebondissements vraiment inattendus, des retournements de situation que le lecteur ne voit pas venir, c'est très imagé, on se croirait presque au cinéma... bref, j'ai vraiment marché. Un grand coup de coeur pour ce livre !

Éditions de L'Olivier

18,50
par (Libraire)
4 septembre 2013

Les reclus

C'est l'histoire d'un jeune homme qui n'est pas sorti de sa chambre depuis deux ans. Il va rencontrer lisant son journal sur un banc un homme de la rue avec lequel il va se lier d'amitié... Roman social sur la place du travail dans le Japon d'aujourd'hui, j'ai découvert à sa lecture ce qu'étaient les otakus, ces jeunes qui s'isolent pour se consacrer entièrement à leur passion obsessive pour les mangas ou les jeux vidéos.... Enfin, c'est aussi et surtout un roman sur l'amitié.

La description de la société japonaise est extrêmement bien rendue. Notamment en ce qui concerne le rituel du bento. Je savais la cuisine japonaise raffinée mais peut-être pas à ce point. Je ne sais pas si ce livre m'a vraiment donné l'envie d'aller au Japon mais j'ai trouvé très originale la façon qu'avait l'auteur de traiter son sujet. Et puis enfin, ces deux personnages sont très attachants... Bref, j'ai beaucoup aimé !

par (Libraire)
22 août 2013

À propos de la guerre... et du temps qui passe

Pour commencer, je dois avouer que les romans de guerre, ce n'est pas vraiment mon genre de littérature mais parce que c'est Paolo Giordano, dont j'avais beaucoup aimé le précédent roman "La solitude des nombres premiers", je me suis intéressée à celui-ci. D'ailleurs un livre de guerre, ce n'était pas vraiment l'intention de l'auteur d'en écrire un. Il a pensé à ce livre suite à un reportage qu'il est parti faire en Afghanistan pour le magazine Vanity Fair. Alors, si la guerre structure le roman ce n'est pas pour autant un roman sur la guerre. C'est plutôt un livre sur le passage de l'adolescence au monde adulte et le poids de la famille. On suit les personnages avant, pendant et après leurs missions et leurs histoires respectives s'entrecroisent. J'ai pensé à une version orientale de "Voyage au bout de l'enfer" ("Deerhunter"), le film de Michael Cimino. C'est très bien. Très fort. Je vous le conseille.

par (Libraire)
22 août 2013

Vie d'un messie

Toujours très hors-norme, Cotzee a transposé de nos jours la vie de Jésus. Attention, ce n'est pas une relecture du Nouveau Testament mais plutôt une fable qui raconte comment un enfant pas comme les autres réussi à s'adapter à une nouvelle culture, s'insérer dans un nouveau pays et trouver sa place dans le monde. Le lecteur pressent le drame qui ne manquera pas d'arriver mais est tout de suite embarqué dans cette histoire et veut connaître la suite. Du grand Cotzee !

Éditions de L'Olivier

22,50
par (Libraire)
22 août 2013

Caribou !

C'est un roman d'apprentissage éblouissant raconté d'une manière si brillante que j'avais l'impression de lire un récit. Pourtant, l'histoire peut à priori sembler improbable. Tout commence avec ce couple d'américains moyens qui, pour payer ses dettes, décide de braquer une banque. Ils finiront en prison et leurs deux enfants, livrés à eux-même, apprendront seuls à se construire. Un roman sur la solitude, sur le passage de l'enfance au monde adulte. Un roman âpre, un roman rugueux mais servi par une très belle écriture et empreint d'une certaine tendresse malgré tout. Certes, c'est assez noir mais les dernières pages laissent présager une fin heureuse... Enfin, j'ai retrouvé ce que j'aime par dessus tout dans la littérature américaine : la description au fil des pages d'une nature omniprésente et grandiose. C'est vraiment très beau ! On s'y croirait !