Suivez-nous

Rosalie R.

Le corps du héros
par (Libraire)
18 février 2018

Certains récits possèdent la vertu quelque peu dérangeante, il faut l'avouer, de mettre en lumière nos préjugés et nos idées reçues pour mieux les broyer par la suite. Et lorsque nous sommes insidieusement happés par une émotion suscitée par un sujet qui nous est, à priori, totalement étranger, l'enthousiasme, authentique, humble et profond qui en découle n'en est que plus troublant.
Le très attachant récit autobiographique de W.Giraldi nous submerge de tendresse.
Gringalet, féru de littérature, il a grandi dans une cité ouvrière du New Jersey, auprès d'une famille de charpentiers à la masculinité impitoyable et décomplexée, grands admirateurs d'haltérophilie et de vitesse, de catcheurs et de boxeurs en tout genre. Malgré des préoccupations bien éloignées de tout soucis de virilité, le jeune Giraldi va s'adonner avec passion au body-building; renforçant une nature fragile, il va trouver le moyen de se faire accepter dans le cercle des héros pour lesquels endurance et douleur sont source de dignité.
Une confession extrêmement émouvante sur la virilité et le corps, mais aussi un très attachant portrait de famille.
A découvrir en urgence

L'Oiseau, le goudron et l'extase

Maksik, Alexander

Belfond

21,50
par (Libraire)
8 février 2018

"Tu nages ou tu coules" avait pour coutume de déclarer Anne-Marie March à son fils Joe. Mais pour ce ténébreux garçon, tétanisé par la confusion des sentiments, l'appréhension émotive du quotidien est loin de se résumer à cette dualité.
En proie sans relâche tantôt à l'enthousiasme tantôt au désespoir, la vie est pour Joe conjointement faite de joie, de douleur et de peur mêlées. Paralysé par une intériorité toujours vacillante, Joe va être confronté à deux événements majeurs: la découverte de la passion amoureuse, de ses troubles et du malaise qu'elle engendre, mais surtout l'emprisonnement à perpétuité de sa mère pour l'assassinat d'un homme ayant publiquement violenté son épouse.
Le roman d'Alexander Maksik évoque avec puissance l'ambivalence des sentiments familiaux, attisée par l'émergence d'une grande cause universelle, la violence conjugale.
Un roman intimiste, tout en nuance, qui tente avec circonspection et sagacité de mettre des mots sur l'indicible.
A découvrir !

Nos souvenirs sont des fragments de rêves
22,00
par (Libraire)
21 janvier 2018

Ce roman empreint de nostalgie retrace d'un seul souffle les quatre décennies durant lesquelles le narrateur, d'origine modeste, a côtoyé l'aristocratique famille Rabell et la fascination qu'elle a exercée sur son enfance.
D'une écriture poétique, sensuelle et extrêmement délicate, l'auteur redonne vie aux sentiments qui l'ont durablement lié au fougueux Alex et surtout à sa sœur Stella, son grand amour de jeunesse. De cette navigation temporelle que constitue le souvenir surgit une intimité vacillante, loin de tout sentimentalisme. Car ce qui intéresse K.Westö n'est nullement l'analyse du sentiment amoureux, de ses délices comme de ses déboires, mais la façon dont sa permanence, son obsédante omniprésence parvient à être constitutive d'une identité en perpétuel devenir. Ce qui prime n'est nullement la description de l'émoi mais la trace indélébile qu'il laisse dans la conscience de soi, la place incommensurable et fluctuante que le sentiment occupe dans le labyrinthe de la mémoire individuelle, sentiment dont il est l'exclusif fil conducteur.
Un récit savoureux, sincère et bouleversant sur l'enfance, l'amitié, l'ambition, la trahison et l'amour, mais aussi une délicate réflexion sur le souvenir et la quête de vérité inhérente à toute vie.
Une très belle découverte de la rentrée

Le mystère Croatoan
par (Libraire)
9 janvier 2018

Prédiction

Ce n'est ni un virus ni une épidémie ou un produit toxique; alors qu'est ce qui pousse des colonies de vertébrés à s'entre-tuer et à avancer en masse, égarés, nus et disloqués, comme possédés par une fureur incontrôlable, silencieuse et froide?
La fin du monde est en marche; règles, normes, raisons et causalités s'anéantissent et laissent place à un effroyable cataclysme, bouleversement mystérieusement annoncé par un éminent éthologue deux années auparavant.
Avec une intrigue au suspens croissant et au rythme endiablé, Somoza nous précipite avec terreur et exaltation au cœur d'étranges phénomènes cosmiques annonciateurs d'une extermination planétaire. Au delà de l'universelle fascination que suscite le sujet apocalyptique et qui est, dans ce roman, magistralement orchestré par l'auteur, l'avènement du chaos engendre de profondes réflexions sur le sens de la vie, la liberté, l'identité, l'amour et les fondements de la société, mais c'est aussi une passionnante immersion dans l'étude des comportements et de leurs déterminations.
Et si être l'artiste de son propre monde n'était en fait qu'un leurre !
Un thriller trépidant et jubilatoire

Une vie comme les autres
par (Libraire)
2 janvier 2018

Une fois refermé ce prodigieux roman, le prénom du héros, Jude, résonne douloureusement comme une immense complainte, une omniprésence accablante et si attachante qu'il est vain de tenter de s'y soustraire.
Le récit s'ouvre sur le portrait un tant soit peu badin de quatre amis étudiants à New York dont on est amené à suivre les destins durant les trente années suivantes. Leurs complicités comme leurs attentes, leurs aspirations, leurs désirs mais aussi leurs succès et leurs joies, leurs déboires et leurs déceptions s'entremêlent dans un touchant hymne aux amitiés masculines profondes. Mais peu à peu, imperceptiblement, le roman se recentre sur le plus mystérieux et obscur des protagonistes, l'énigmatique Jude.
Et c'est alors que le miracle se produit; au fur et à mesure que le cœur se serre l'inextricable se dévoile. D'une écriture délicate et pudique, étouffante de vérité, des réalités insoutenables de cruauté sont divulguées. Les hyènes qui tournoient sans relâche autour de Jude révèlent leurs secrets pour laisser place à un récit saisissant de profondeur.
Huit cents pages de stupeur d'une indicible densité.
"Une vie comme les autres" est un choc littéraire bouleversant, une immersion inoubliable dans les tréfonds de l'âme humaine, un monument d'empathie et de souffrance qui laisse des traces.