Suivez-nous

Rosalie R.

Au loin

Delcourt Littérature

21,50
par (Libraire)
21 octobre 2018

Héros malgré lui

Il y a des livres qui se racontent aisément et ceux qui se doivent d'être vécus de l'intérieur, dans l'intimité. Quelle découverte incroyable que ce premier roman d'un jeune américain d'origine argentine!
Une plume absolument sublime mise au service d'un texte à couper le souffle, magistralement maîtrisé et finaliste plus que mérité du prix Pulitzer 2018.
Suède, milieu du XIXème siècle, deux jeunes frères s'embarquent pour le nouveau monde à destination de New York. Suite à un mouvement de foule lors du départ, Hakan, le plus jeune, se retrouve séparé de son frère Linus et accoste à San Francisco. Hanté par l'idée de retrouver son aîné, il entreprend à pied un interminable périple, à contre courant des pionniers.
Ignorant la langue anglaise, il accompagne un couple d'irlandais chercheur d'or avant d'être enlevé par une tenancière de saloon pour ensuite sillonner le désert en compagnie d'un savant naturaliste. Fanatiques religieux, indiens, colons vont croiser le chemin du géant Hakan qui va devenir malgré lui une véritable légende.
Des années durant, il tente de poursuivre sa route en proie à une vacuité dévorante. Dans un temps et un espace comme abolis, il avance au cœur d'un paysage immuable à l'horizon inaccessible. Plongé dans un silence insatiable avec pour compagnon le hurlement incessant du vent, il marche sans relâche au cœur d'un néant colossal.
"Au loin" est un roman inoubliable, fascinant, une épopée poignante sur la solitude au cœur d'une terre indigente dont la poussière asphyxiante colle à la peau.
Un bijou d'écriture à découvrir de toute urgence.

Un gentleman à Moscou
par (Libraire)
10 octobre 2018

La préciosité et l'élégance de la couverture du dernier roman d'Amor Towles est en parfaite harmonie avec le raffinement du propos: 600 pages de distinction et de finesse pour un roman en huis clos qui se déguste et se savoure dans un temps comme suspendu.
Le comte Rostov, gentleman aristocrate, séduisant et sélect à souhait, se voit assigné à résidence par un tribunal bolchevik dans le luxueux hôtel Le Métropol de Moscou dont il a fait sa demeure.
Respectant avec dignité ce que le sort a décidé, notre dandy entreprend de déjouer l'éventuelle survenue de l'ennui en se vouant à la gestion des détails pratiques. Bien que sa luxueuse suite ait été supplantée par une mansarde de 9m2, savoir-vivre confort et agrément demeurent ses mots d'ordre. Pendant que la Russie se transforme avec violence, nous suivons les aventures de ce héros irrésistible pendant trois décennies durant lesquelles il s'évertue à ne pas devenir le jouet de sa propre vie.
Et si en ayant évité l'exécution ou le goulag notre gentleman était en passe de devenir l'homme le plus verni de Russie ?
Un superbe hommage à la grande culture russe au travers d'un roman à la bienséance délicate dont on se délecte.
Un pur plaisir

Miss Jane
22,00
par (Libraire)
26 septembre 2018

1915, dans une petite ferme du Mississipi, Jane Chisolm voit le jour avec une malformation inopérable dont nous tairons volontairement les caractéristiques afin de ne rien révéler des difficultés que l'enfant puis la femme auront à surmonter. Dotée d'une vivacité d'esprit et d'une intelligence de cœur remarquable, Jane va apprivoiser avec grâce et courage les anomalies inexplicables dont la nature l'a pourvues, bravant les contingences avec l'aide bienveillante d'un médecin de campagne altruiste.
Dans une prose lyrique et contemplative, Brad Watson raconte l'histoire discrète et déchirante d'une femme inoubliable dont la présence enveloppe le lecteur d'une tendresse grandissante. Comme pour transcender l'adversité, la poésie effleure en permanence une certaine forme de misère; la détresse surgit dans les silences, et c'est entre les lignes et les non-dits que l'admirable sensibilité de Brad Watson se révèle, entre pudeur et circonspection.

Taxi

Zanon, Carlos

Asphalte éditions

23,00
par (Libraire)
16 septembre 2018

Errance

Sandino, chauffeur de taxi à Barcelone et coureur de jupons mélancolique, doit se rendre à l'évidence: "son amour pour Lola n'est plus qu'un sac plastique dans lequel il respire pour calmer ses angoisses" (je cite). Afin d'éviter une douloureuse conversation avec sa femme, il décide de déserter le foyer pour sillonner sept jours durant la ville en compagnie des cendres de grand mère Lucia. Il nous entraîne à cette occasion dans un enchevêtrement de souvenirs et d'histoires de passagers: mensonge au sujet du sexe, de l'argent. Sandino a été le témoin privilégié d'une multitude d'émois: amours, trahisons, pleurs, cris, menaces et insultes, un kaléidoscope haut en couleur des relations humaines.
Entravé de cordes et de chaînes et acculé par les manques et les excès, il s'évertue à courir parallèlement au précipice offrant au lecteur l'errance désenchantée d'un homme enlisé dans l'absurdité du monde.
Une plongée vertigineuse dans le secret onirique d'un taxi écrit dans une prose vibrante de franchise.
A découvrir.

33 Tours
par (Libraire)
5 septembre 2018

Coup de coeur

Le second roman de David Chariandy est une véritable pépite dont la lecture laisse sans voix, dans un état proche de la prostration, d'une profonde sidération.
Francis et Michael, deux adolescents, vivent à Scarborough, un espace désolé en périphérie de Toronto formé d'une concentration d'immeubles collectifs et de tours en béton armé. Originaire de Trinidad, leur mère, qui est tout simplement un personnage extraordinaire, rentre exténuée chaque soir, cumulant les heures de travail dans l'espoir d'offrir à ses garnements un avenir convenable.
Sans l'once d'un découragement, elle s'évertue à préserver ses enfants d'une violence de quartier grandissante, et à les éloigner du Desinea's, mi salon de coiffure mi club qui est la cible régulière des descentes de police.
Mais malgré son dévouement le drame surgit. L'expérience de la perte va anéantir l'espoir et l'entrain pour laisser place à la stupeur et à l'atonie.
Quel texte magnifique et puissant sur l'amour et la mort, la musique, l'exil et tant d'autres choses encore !
David Chariandy écrit dans une prose somptueuse qui se savoure. Il y a comme une langueur, une éternelle plainte qui se dégage de ce roman qui se doit d'être un incontournable de la rentrée. Bravo à la traductrice.