Suivez-nous

Les orques. Beaucoup les connaissent, sous le surnom de baleines tueuses.

Tillikum, l’orque qui a tué trois de ses soigneurs au parc nautique Sea World, est l’une des orques qui contribua au mythe des orques tueuses d’homme.

Alexandra Morton, biologiste marine d’à peine 20 ans mais surtout grande amoureuse des animaux marins et de leur capacité à communiquer, entreprend ses recherches, d’abord au Marineland de Californie, puis au Canada, près de l’Ile de Vancouver, à la découverte des orques sauvages.

Elle vit à la dure, avec son mari et son fils.
Une vie constituée d’eau, d’orques et de saumons.
Pendant plus de 20 ans, nous suivons ses découvertes sur les différents groupes d’orques, leur langage, leur rapport à la famille, leur nourriture, leur place dans les croyances amérindiennes.

Nous voyons aussi l’évolution du monde marin : les chasses et les captures des orques sauvages, l’arrivée des fermes de saumons, etc.

C’est avec tristesse et dégoût que ce récit nous plonge peu à peu dans la prise de contrôle de l’Homme sur la Nature.

Alexandra Morton nous partage dans son journal de bord sa lutte pour la protection des mers et des créatures qui la peuplent.

Merci aux éditions Marabout de nous avoir traduit cet écrit paru aux États-Unis en 2002 et de partager cette vision de l’orque comme un animal calme qui ne tue que pour se nourrir et jamais pour le plaisir (et ne s’attaque jamais à l’humain à l’état sauvage). Ce sont des créatures passionnantes qu’il faut respecter,, et ce récit permet d'en prendre cruellement conscience.

Tous les conseils de lecture