Suivez-nous

Événements à la librairie - Prochainement

Gagnez un week-end à Bruxelles avec les éditions Mazarine
Ajouter à mon calendrier
Du au , L'Armitière

Pour jouer:

Dégustez votre fortune cookie (à récupérer à la librairie), découvrez votre message, faites une jolie photo de celui-ci et partagez-le sur Instagram avec l’hashtag #lhabitnefaitpaslemoineau
Suivez les comptes @mazarine_editions et @zoebrisby_auteur
RDV le 20 juin sur Instagram @mazarine_editions pour connaître les résultats du concours.

Vous avez trouvé le message : "L’habit ne fait pas le moineau" dans votre fortune cookie ?
Bravo, vous avez déjà gagné le livre !
Envoyez la photo à l’adresse jeuconcours@editions-fayard.fr avec votre nom et votre adresse postale et les éditions Mazarine vous l’enverrons !


    Ajouter à mon calendrier
    Le , L'Armitière

    Présentation des livres coups de coeur de vos libraires pour cet été.


      "Sotteville la place publique" - 30 ans Viva Cité
      Ajouter à mon calendrier
      Le , L'Armitière

      Sur inscription: inscription@armitiere.com

      Avec la présence de:
      * Daniel Andrieu, directeur de Viva cité jusqu’en 2015.
      * Régis Sénécal, directeur jusqu’en 2018 du Trianon Transatlantique.

      Sotteville n’est pas une ville comme les autres...
      En deux siècles, la ville de Sotteville-lès-Rouen est passée d’un village agricole de quelques milliers d’âmes au XIXe siècle à une ville de 30 000 habitants.

      Des fumées de l’usine Bertel à l’arrivée des ateliers de chemins de fer, un certain état d’esprit populaire, ouvrier, cheminot, solidaire, flotte sur la cité.
      Deuxième ville socialiste de France en 1898, Sotteville s’anime, bouge, respire au son des marchés, des crissements des locomotives, des parades costumées ou des matchs de football endiablés. On se retrouve le dimanche à l’Eldorado, salle de 800 places, située place Voltaire, ou dans l’un des six cinémas de la ville. Mais la Seconde Guerre mondiale a brutalement stoppé cette ferveur populaire. 70% de la ville a été pulvérisée par les bombardements alliés dont ceux du 19 avril 1944 visant les dépôts SNCF.
      La gloire de la cité cheminote est aussi la cause de son désastre.
      Dès 1945, Marcel Lods est nommé architecte de la reconstruction par le Ministère de la Reconstruction. Le Corbusier à Marseille, Perret au Havre et Lods à Sotteville. II s’agit de faire vite pour reloger une population sinistrée, vivant dans des baraquements insalubres. Il imagine et conçoit une véritable transformation de la ville, la préparant
      pour les 5o prochaines années. Disciple de la charte d’Athènes, il déplace le centre-ville, reloge les sinistrés, réserve des espaces verts, aménage une zone industrielle... La tâche est immense et l’ampleur à l’échelle d’une ville.
      SotteviIle se relève, lentement. Une réappropriation des lieux que les acteurs politiques et culturels ont fait renaître à partir des années quatre-vingt grâce à une volonté, une ambition, une énergie commune retrouvée dans l’esprit du « faire ensemble ». Viva Cité émerge et devient le fleuron culturel de la ville pour un rayonnement national voire international. Les activités industrielles qui ont marqué l’identité de la ville sont réappropriées vers de nouvelles destinations culturelles. Le Trianon devient salle de musiques actuelles, les ateliers Buddicom abritent aujourd’hui le Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public. La culture comme élément fédérateur du « vivre ensemble ».

      > Festival Viva Cité 2019: 30e édition du festival des arts de la rue de Sotteville-lès-Rouen. Les 28, 29 et 30 juin 2019 <


        " A la ligne - Feuillets d'usine"
        Avec Joseph Ponthus
        Ajouter à mon calendrier
        Le , L'Armitière

        Sur inscription: inscription@armitiere.com

        Grand Prix RTL/Lire 2019

        Prix Régine Deforges 2019

        "À la ligne" est le premier roman de Joseph Ponthus. C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c’est qu’il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d’Apollinaire et les chansons de Trenet. C’est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l’odeur de la mer.
        Par la magie d’une écriture tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient une odyssée où Ulysse combat des carcasses de bœufs et des tonnes de bulots comme autant de cyclopes.


        "Les Dames du Parc, ou la Passion selon Judith"
        Ajouter à mon calendrier
        Le , L'Armitière

        "J'ai vu couler le sang à travers l'herbe fine, roulant à gros bouillons, bousculant, renversant les cailloux rougissants, s'étalant comme ribaude ouverte à tous les vents, puis glissant dans mon lit par-dessous le talus..."

        Qui, mieux que la source, saura vous conter la fabuleuse et terrible histoire de l'impétueuse Judith de France, arrière-petite-fille du grand Charlemagne ?

        Amour, pouvoir, trahison et foi ardente ont écrit l'Histoire du monde. "Les Dames du Parc", roman cruellement historique, n'y échappe pas.

          Archives