Suivez-nous

Événements à la librairie - Prochainement

"Les Narcisse"
Ajouter à mon calendrier
Le , L'Armitière

Sur inscription: inscription@armitiere.com

Dans un monde toujours plus compétitif, les Narcisse occupent des positions de pouvoir au sein des affaires ou des médias, voire à la tête des États. Certains observateurs, confondant narcissisme et confiance en soi, considèrent que le renforcer permettrait d’affronter les maux de l’époque. Pourtant, les « psys » dénoncent régulièrement le rôle désastreux du narcissisme ambiant sur leurs patients : solitude, souffrance au travail, désordres amoureux...
Pour comprendre cette réalité paradoxale, Marie-France Hirigoyen propose une enquête détonante nourrie de sa clinique. Elle pointe la confusion entre le narcissisme sain, qui permet d’avoir suffisamment confiance en soi pour s’affirmer, et le narcissisme pathologique consistant à se mettre en avant aux dépens des autres. Elle reprend la genèse de ce concept dans la psychanalyse freudienne, puis dans la psychanalyse américaine, qui l’a transformé en mettant l’accent sur l’« estime de soi » – participant ainsi d’un glissement de sens emblématique.
Émaillé de nombreuses études de cas, histoires et récits de vie, ce livre explique ainsi de manière vivante et originale les dérives du monde moderne, où de plus en plus d’individus sont centrés sur eux-mêmes, « scotchés » à leurs écrans, « accros » aux réseaux sociaux pour se valoriser et exister uniquement dans le regard de l’autre. Mais il invite aussi, grâce à un dialogue renouvelé entre psychanalyse et sociologie, à mieux comprendre les traits narcissiques pour contrer l’ascension des Narcisse tout-puissants. Un projet indispensable pour notre avenir commun.

Psychiatre, psychanalyste et victimologue, Marie-France Hirigoyen s’est spécialisée dans l’étude de toutes les formes de violences : familiales, perverses et sexuelles. Elle est l’auteur de plusieurs livres qui ont eu un succès considérable : Le Harcèlement moral (Syros, 1998), Malaise dans le travail (Syros, 2001) et Femmes sous emprise. Les ressorts de la violence dans le couple (Oh ! Editions, 2005).


"Manifesto"
Ajouter à mon calendrier
Le , L'Armitière

Sur inscription: inscription@armitiere.com

« Pour mourir libre, il faut vivre libre. » La vie et la mort s'entrelacent au cœur de ce « Manifesto » pour un père bientôt disparu. Proche de son dernier souffle, le corps de Félix repose sur son lit d'hôpital. À son chevet, sa fille Léonor se souvient de leur pas de deux artistique – les traits dessinés par Félix, peintre et sculpteur, venaient épouser les notes de la jeune apprentie violoniste, au milieu de l'atelier. L'art, la beauté et la quête de lumière pour conjurer les fantômes d'une enfance tôt interrompue.
Pendant cette longue veille, l'esprit de Félix s'est échappé vers l'Espagne de ses toutes premières années, avant la guerre civile, avant l'exil. Il y a rejoint l'ombre d'Ernest Hemingway. Aujourd'hui que la différence d'âge est abolie, les deux vieux se racontent les femmes, la guerre, l'œuvre accomplie, leurs destinées devenues si parallèles par le malheur enduré et la mort omniprésente.
Les deux narrations, celle de Léonor et celle de Félix, transfigurent cette nuit de chagrin en un somptueux éloge de l'amour, de la joie partagée et de la force créatrice comme ultime refuge à la violence du monde.

Née en 1976, Léonor de récondo vit à Paris. Violoniste baroque et écrivain, elle renoue ici avec la veine autobiographique de son premier roman publié par Sabine Wespieser éditeur, "Rêves oubliés" (2012), récit de l’exil familial pendant la guerre d’Espagne. Depuis lors, ont paru "Pietra viva" (2013), "Amours" (2015), prix RTL/Lire et prix des Libraires, et "Point cardinal" (2017), prix du Roman des étudiants France Culture/Télérama.

  • Manifesto
    Manifesto
    Léonor de Récondo
    Sabine Wespieser Éditeur
    18,00

"L'Ombre de la baleine"
Ajouter à mon calendrier
Le , L'Armitière

Sur inscription: inscription@armitiere.com

Alors que des corps de jeunes hommes sont retrouvés échoués sur les côtes de l’archipel de Stockholm, le jeune Samuel se retrouve quant à lui en cavale. Adolescent fragile, il a été happé par le baron de la drogue de la capitale, le terrifiant Igor, et après avoir perdu de nouveaux échantillons de cocaïne, Samuel doit se planquer. Il trouve refuge sur la petite île de Marholmen, qui lui offre une couverture idéale : vivre chez Rachel et devenir l’auxiliaire de vie de son fils Jonas, dans un état végétatif. Samuel est soulagé et vite charmé par Rachel, qui connaît un succès fou avec son blog sur la vie d’une mère de jeune handicapé.
Manfred et sa jeune collègue Malin sont missionnés pour enquêter sur ces mystérieux cadavres, qui ont tous un point commun : ils sont des consommateurs de drogue. Leurs soupçons vont vite se tourner vers Igor, mais tout va basculer quand la mère de Samuel va enfin trouver le courage de signaler sa disparition à la police… Pour Manfred, dont la fille se retrouve accidentellement dans le coma, et Malin, enceinte de plus de six mois, l’enquête va prendre une tournure des plus inattendues ; pendant que Samuel lui, commence à trouver le temps long…

Une triple narration redoutable qui confirme à nouveau le talent exceptionnel de Camilla Grebe pour tisser des intrigues complexes. Fausses pistes et retournements incroyables côtoient une réflexion passionnante sur le pouvoir dérangeant des réseaux sociaux, et la fragilité de l’adolescence. Un grand cru, pour une grande dame du polar, désormais couronnée du très prestigieux Glass Key Award.

Camilla Grebe est l’auteure d’"Un cri sous la glace", son premier livre écrit en solo, paru en 2017 aux éditions Calmann-Lévy, grand succès dès sa sortie tout en devenant un phénomène mondial. "Le Journal de ma disparition", paru en 2018, vient de remporter l’immense Glass Key Award, récompensant le meilleur polar scandinave. "L’Ombre de la baleine" est déjà sur la liste des meilleures ventes en Suède.


"J'ai dû rêver trop fort"
Ajouter à mon calendrier
Le , L'Armitière

Sur inscription: inscription@armitiere.com

Les plus belles histoires d'amour ne meurent jamais.
Les plus belles histoires d’amour ne meurent jamais.
Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente.
Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu’il n’y a pas de hasard, seulement des rendez-vous ?
Qui s’évertue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ?
Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu’on peut remonter le temps ?

En quatre escales, Montréal, San Diego, Barcelone et Jakarta, dans un jeu de miroirs entre 1999 et 2019, J’ai dû rêver trop fort déploie une partition virtuose, mêlant passion et suspense, au plus près des cœurs qui battent trop fort.

Professeur de géographie à l'université de Rouen, Michel Bussi a publié aux Presses de la Cité:
"Nymphéas noirs", "Un avion sans elle", "Ne lâche pas ma main", "N'oubliez jamais", "Gravé dans le sable", "On la trouvait plutôt jolie" et "Sang famille".
- l'auteur français de polars le plus vendu en 2013 (source GFK) ;
- 8e meilleure vente française 2013 dans Le Figaro littéraire ;
- deux romans en cours d'adaptation audiovisuelle et vingt cinq traductions.


"L'École des soignantes"
Ajouter à mon calendrier
Le , L'Armitière

Sur inscription: inscription@armitiere.com

2039. Hannah Mitzvah quitte sa lucrative activité de codage informatique et émigre à Tourmens pour se former au soin. Là, on ne soigne pas comme ailleurs: dès 2022, un mouvement féministe transforme le CHU en école expérimentale et révolutionne l’appren- tissage du soin, concentre ses efforts sur l’accueil bienveillant, la formation de professionnelles de santé empathiques et une approche globale des personnes. La médecine qu’on pratique est centrée avant tout sur la santé des femmes.
A l’École des soignantes, Hannah apprend que pour avoir le droit de pratiquer les gestes les plus sophistiqués (opérer une tumeur du cerveau), on doit d’abord apprendre à délivrer les plus simples: aider une soignée à se lever, se laver, se nourrir mais aussi panser, et écouter le récit des personnes, respecter leurs aspirations.
Au bout de quatre années, Hannah entre en résidence au pôle Psycho, département dans lequel exerce désormais Djinn Atwood, l’héroïne dont on avait fait la connaissance dans "Le Chœur des femmes". Elle s’inquiète du devenir de l’Ecole. Et qui est véritablement Hannah Mitzvah? Que vient-il ou vient-elle chercher auprès de ces « pensionnaires » du Pôle? De quoi souffrent ces femmes? Est-ce leur cerveau qui déraille ou bien ne seraient-elles folles que parce qu’on les rend folles, parce qu’on les traite comme des folles? (Sylvia Plath) Quelles forces s’opposent à l’activité de l’Ecole des soignantes ? Une course contre le temps s’engage pour sauver l’utopie d’une institution de santé sans quotas de patients, sans restrictions incompatibles avec la délivrance équitable de soins, libérée des lobbys industriels, et surtout respectueuse de toutes et tous, sans distinction ni discrimination d’aucune sorte...

Martin Winckler est médecin, romancier et essayiste. Il vit et travaille aujourd’hui à Montréal (Canada). Parmi ses derniers livres parus, "Les histoires de Franz" (2017), "Abraham et fils" (2016), "Le Chœur des femmes" (2009)

Archives