Suivez-nous

Événements à la librairie - Archives

"Des Hommes Justes- Du patriarcat aux nouvelles masculinités"
Avec Ivan Jablonka
Ajouter à mon calendrier
Le , L'Armitière

Sur inscription : inscription@armitiere.com

Comment empêcher les hommes de bafouer les droits des femmes ? En matière d’égalité entre les sexes, qu’est-ce qu’un « mec bien » ? Il est urgent aujourd’hui de définir une morale du masculin pour toutes les sphères sociales : famille, entreprise, religion, politique, ville, sexualité, langage. Parce que la justice de genre est l’une des conditions de la démocratie, nous avons besoin d’inventer de nouvelles masculinités : des hommes égalitaires, en rupture avec le patriarcat, épris de respect plus que de pouvoir. Juste des hommes, mais des hommes justes.

Ivan Jablonka est historien et écrivain. Il a notamment publié "Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus" (prix du Sénat du livre d’histoire 2012), "Laëtitia ou la fin des homme (prix Médicis 2016) et "En camping-car" (prix Essai France Télévisions 2018). Ses livres sont traduits en douze langues.


"Les veilleurs de Sangomar"
Avec Fatou Diome
Ajouter à mon calendrier
Le , L'Armitière

Sur inscription : inscription@armitiere.com

Nul ne s’aventure sans appréhension à Sangomar, ce bout de terre inhabitée où, dans la tradition animiste sérère, se rassemblent les djinns et les âmes des défunts. Sur l’île voisine, la jeune Coumba entame un long veuvage, recluse chez sa belle-mère. Elle vient de perdre son mari dans le naufrage du Joola, en 2002, au large du Sénégal.Dès la nuit tombée, après le cortège des prières rituelles et des visites obligées, Coumba peut enfin faire face à son chagrin, consigner les souvenirs heureux, invoquer les morts. Alors, sa chambre s’ouvre grand aux veilleurs de Sangomar, esprits des ancêtres et des naufragés qui lui racontent leur destin et la mèneront à la rencontre de son « immortel aimé ».
Un grand roman de liberté et d’amour fou, porté par le souffle ensorcelant de Fatou Diome.

Révélée en 2003 par "Le Ventre de l’Atlantique", Fatou Diome, auteure, entre autres, de "Kétala", "Celles qui attendent" et "Impossible de grandir", transforme de livre en livre notre regard sur l’Afrique et le monde.


La grande fête du livre pour la jeunesse
Ajouter à mon calendrier
Le , L'Armitière

La librairie participe à « Partir en livre, la grande fête du livre pour la jeunesse ». Organisée par le Centre national du livre (CNL), elle a pour but de transmettre de manière ludique le plaisir de lire aux nouvelles générations.

Et nous vous proposons deux animations le samedi 20 Juillet :

- à 11h : Séance de lectures " Albums à lire les pieds dans l'eau", réalisée et sélectionnée par nos libraires jeunesse.

- à partir de 15h : Atelier coloriage pour les enfants.

Inscrivez vous à l'adresse suivante : inscription@armitiere.com


    "Les Dames du Parc, ou la Passion selon Judith"
    Ajouter à mon calendrier
    Le , L'Armitière

    "J'ai vu couler le sang à travers l'herbe fine, roulant à gros bouillons, bousculant, renversant les cailloux rougissants, s'étalant comme ribaude ouverte à tous les vents, puis glissant dans mon lit par-dessous le talus..."

    Qui, mieux que la source, saura vous conter la fabuleuse et terrible histoire de l'impétueuse Judith de France, arrière-petite-fille du grand Charlemagne ?

    Amour, pouvoir, trahison et foi ardente ont écrit l'Histoire du monde. "Les Dames du Parc", roman cruellement historique, n'y échappe pas.


      " A la ligne - Feuillets d'usine"
      Avec Joseph Ponthus
      Ajouter à mon calendrier
      Le , L'Armitière

      Sur inscription: inscription@armitiere.com

      Grand Prix RTL/Lire 2019

      Prix Régine Deforges 2019

      "À la ligne" est le premier roman de Joseph Ponthus. C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c’est qu’il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d’Apollinaire et les chansons de Trenet. C’est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l’odeur de la mer.
      Par la magie d’une écriture tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient une odyssée où Ulysse combat des carcasses de bœufs et des tonnes de bulots comme autant de cyclopes.