Suivez-nous

Rencontres

Aujourd'hui

Du au , Muséum d'Histoire Naturelle de Rouen

À travers l’exposition « Mais qui a bien pu lui faire sur sa tête ? La pe- tite taupe mène l’enquête », organisée avec la collaboration des éditions Peter Hammer Verlag (Allemagne) et Milan (France), l’équipe du Muséum d’Histoire naturelle de Rouen vous propose d’aborder le thème très sérieux des matières fécales, en partant d’un best-seller bien connu des enfants et de leurs parents, De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête.
L’exposition, conçue à l’origine par le Muséum d’histoire naturelle de Lille, propose aux jeunes publics de suivre les aventures de cette célèbre petite taupe et de l’aider à trouver celui qui lui a fait sur la tête. De petits espaces ludo-éducatifs éveilleront leur curiosité et leur permettront de découvrir l'environnement de la taupe et des animaux qu'elle croise au fur et à mesure de son enquête.
Des informations complémentaires pour les parents ou les accompagnants sont disposées tout au long du parcours. Elles donnent des indications sur les animaux fouisseurs que sont les taupes, la diversité des crottes et des comportements animaux, les tabous entourant les excréments, et les questions d’assainissements et de recyclage des eaux usées. Tout se transforme... même les excréments.

Plus d'informations: http://museumderouen.fr/fr/expositions/mais-qui-a-bien-pu-lui-faire-sur-la-tete-la-petite-taupe-mene-l-enquete

    Plus d'informations

    À venir

    Tous les événements - Archives

    "Le secret de Platon"
    Le , L'Armitière

    Eugène Loeve, éminent professeur de philosophie, a emmené ses élèves dans l’île de Santorin au large de laquelle, selon certains, se serait engloutie l’Atlantide. Le mythe de l’Atlantide nous vient de Platon. Mais pour Platon, ce continent a bel et bien existé ! Et le professeur Loeve semble partager cet avis. Est-ce parce qu’il est près de découvrir la vérité qu’il disparaît mystérieusement ?
    Trois de ses étudiants partent à sa recherche. Étienne, le narrateur de ce roman, un jeune homme de vingt et un ans mal dans sa peau et que seule la philosophie apaise ; Cali, un dilettante curieux aux tendances conspirationnistes ; et Phalène, une mystérieuse jeune fille, plus cartésienne, qui s’essaye au journalisme culturel. Ils vont vivre une expérience extraordinaire, de la Crète à l’Italie en passant par la France, jusqu’à une grotte d’Athènes qui pourrait bien receler la clé du mystère.

    Mais ce ne serait là qu’un roman d’aventures si, au fil des discussions avec leurs professeurs et de leurs pérégrinations, les étudiants n’y découvraient une question philosophique qui nous concerne tous :
    Et si les mythes étaient des réalités ?
    Et si c’était le cas, que nous révèlent-ils ?

    Professeur agrégé de philosophie, Gilles Vervisch est l’auteur de nombreux documents qui rendent la philosophie accessible à tous en partant des questions du quotidien ou de la pop culture. Il intervient régulièrement dans la presse et les médias pour parler de philosophie dans un langage clair et vivant.


    "La Mise à nu"
    Avec Jean-Philippe Blondel
    Le , L'Armitière

    Louis Claret est un professeur vieillissant qui habite en province. Séparé de sa femme depuis quelques années, ses filles vivant désormais des vies très différentes de ce qu’il avait imaginé, il se laisse bercer par le quotidien. C’est sans réfléchir et pour remplir une soirée bien vide qu’il se rend au vernissage d’une exposition de peintures d’Alexandre Laudin – un ancien élève, jadis très effacé mais devenu une célébrité dans le monde artistique. Il ne se figure pas un seul instant à quel point ces retrouvailles avec Laudin vont bouleverser sa vie.
    La Mise à nu parle de ce qu’on laisse derrière soi, au bout du compte. Des enfants. Des amis. Des livres ou des tableaux… Jean-Philippe Blondel, dans une veine très personnelle, évoque avec finesse ce
    moment délicat où l’on commence à dresser le bilan de son existence tout en s’évertuant à poursuivre son chemin, avec un sourire bravache.


    "Le Rêve de ma mère"
    Le , L'Armitière

    « … J’attrape la corde lisse, je lâche le trapèze. Je ne sais pas que c’est la dernière fois que je risque ma vie, là-haut, à quinze mètres de hauteur, sans sécurité. J’enroule ma jambe autour de la corde, je commence à glisser…

    Dans quelques semaines, je rencontrerai un homme.
    Je glisse le long de la corde, un extatique sourire aux lèvres…
    Nous vivrons, travaillerons ensemble, il me convaincra de faire des enfants.
    Je glisse encore le long de la corde, je touche le sol, je salue…
    La somnambule a atterri.
    Il était grand temps que je descende sur terre. »
    Anny Duperey

    Dans son livre Le Voile noir, Anny Duperey raconte qu’elle avait presque 9 ans lorsqu’elle trouva ses parents morts, tous deux asphyxiés dans leur salle de bains. Quels avaient été les rêves de sa jeune mère, presque inconnue et si tôt disparue ? Comment nos morts vivent-ils en nous ? La puissance de leurs rêves inaccomplis peut-elle nous influencer obscurément, et mener notre vie sans même que l’on s’en rende compte ?

    Événements hors les murs

    Tous les événements - Archives

    "Le Monde va beaucoup mieux que vous ne le croyez"
    Le , Espace Guillaume le Conquérant

    Depuis des années, les cris d’alarme se multiplient sur les dangers qui nous menacent. Pourtant, jamais le monde n’a été aussi peu violent. Et la liberté, la tolérance, l’éducation et la santé ont progressé sur la planète dans des proportions insoupçonnées.

    À rebours des idées reçues, Jacques Lecomte nous donne à voir une humanité en progrès. Plusieurs centaines de chiffres, de statistiques et de rapports internationaux incontestables dessinent un bilan sans appel : majorité de démocraties dans le monde, mortalités maternelle et infantile divisées par deux depuis 1990, éradication planétaire de la variole, reconstitution de la couche d’ozone, redécouverte de plus de 350 espèces d’animaux considérées comme disparues, nombre de pays ayant aboli la peine de mort multiplié par 13 depuis 1950, chute de 65 % du nombre d’homicides en vingt ans, etc.

    Ce livre propose un message d’espoir. Les discours catastrophistes sont contreproductifs. Ils mènent à l’immobilisme, voire à la soumission à une politique autoritaire. Tel est l’optiréalisme auquel ce livre nous invite.