Suivez-nous

Conseils de lecture

Le Cœur de l'Angleterre
23,00
par
19 août 2019

Dans une Angleterre des années 2010, les bouleversements politiques se succèdent : fracture sociale grandissante, émeutes qui ébranlent le pays, référendum signant la sortie de l’Angleterre de l’Union Européenne. Dans ce contexte socio-politique d’une nation en crise, Jonathan Coe propose une réflexion sur la société de son temps, évoquant par des personnages de divers opinions et âges la façon dont les bouleversements politiques ont été perçus par les concitoyens anglais et comment ces troubles les ont affectés dans leur vie personnelle.

Reprenant les personnages de la famille Trotter mis en scène dans "Bienvenue au club" et "Le cercle fermé", Jonathan Coe ne se contente pas d’analyser les événements politiques mais les ancre avec finesse dans l’histoire intime des protagonistes pour révéler une satire de la société anglaise divisée par l’actualité récente.

En véritable sociologue, il dépeint alors la nostalgie conservatrice des aînés qui souhaiteraient rétablir les mœurs passées, mais qui se heurte à la volonté progressiste des plus jeunes de vaincre les préjugés issus d’un système patriarcal dont les valeurs ne correspondent plus aux idéaux des nouvelles générations.

Avec une admirable clairvoyance, Coe a réussi à dresser un portrait réaliste de l’Angleterre tourmentée, à l’image d’une humanité morcelée par les crises récentes qui ont engagé des thèmes sensibles comme le racisme, la montée d’un nationalisme fort en réaction au politiquement correct, ou encore, un cosmopolitisme important qui dérange les anciennes mentalités.

Un puissant roman qui bouscule notre existence et l’éclaire de vérités sur notre monde. Brillant.


Le Ciel par-dessus le toit
14,00
par (Libraire)
19 août 2019

Ce nouveau roman de Nathacha Appanah est une vraie merveille ! Il allie par la grâce, la beauté de l'écriture, du style, l'histoire puissante d'un trio (la mère Phénix, le fils Loup et la fille Paloma) et les questionnements inhérents les plus ténus, les plus perturbants sur les traumatismes de l'enfance mais aussi sur les liens familiaux qui sont indéfectibles et ce, quoiqu'il arrive. Et quelle magnifique lumière à travers la noirceur !
Vous ne serez pas prêts, croyez moi, d'oublier ces "trois là " tant ils sont individuellement et/ou ensemble attachants et humains, si profondément humains.
A lire absolument !


Soif

Albin Michel

17,90
par (Libraire)
19 août 2019

S'attaquer à la Passion du Christ et faire parler Jésus à la première personne : il n'y avait qu'Amélie Nothomb pour s'attaquer à un tel projet et, c'est très simple, nous touchons là à l'excellence. Voici un roman très audacieux, fou, d'une extrême intelligence où philosophie, finesse, réflexion côtoient le sublime !


ATHOS LE FORESTIER
20,00
par (Libraire)
19 août 2019

C’est avec une certaine émotion que nous retrouvons pour cette rentrée un premier roman grec aux Edititons Cambourakis qui ont l’immense mérite de faire découvrir une littérature peu connue mais d’une indéniable qualité.
Maria Stefanopoulou revient sur l’holocauste de Kalavryta en décembre 1943 durant lequel les allemands, en représailles à la mort de 81 soldats tués par des résistants, ont exécuté 1500 hommes d’un petit village du Péloponnèse avant de l’incendier.
Suite au décès de son jeune fils Giannos, Athos le forestier qui souffre d’aphasie et d’hypermnésie, s’éloigne de sa femme et de sa fille pour se retirer dans une cabane dans les bois. Rare survivant du massacre, il ressent néanmoins la culpabilité de la victime, celle d’être vivant et décide par son isolement de rompre avec les hommes pour ne pas éprouver le désir de se venger. C’est seulement au cœur des montagnes qu’il trouve la paix de la vérité dans la forêt qui ne connaît ni victimes, ni bourreaux, ni héros.
Au travers du récit de sa fille Margarita et de sa petite fille Lefki se dessine le portrait d’une âme profonde et indépendante qui a fait vœu de demeurer dans l’obscurité afin de penser le monde sans se laisser distraire.
« Athos le forestier » est un roman absolument magnifique dont la langueur et la précision de l’écriture rendent un superbe hommage aux vertus de la nature.
L’émouvant portrait d’un mutique altruiste qui a reçu le Prix de l’Académie d’Athènes en 2014.


Parmi d'étranges victimes
20,00
par (Libraire)
18 août 2019

« Pouvoir me moquer de ce qui m’entoure est le seul degré d’intelligence auquel j’aspire ». Rodrigo, 27 ans, travaille comme « administrateur de connaissances » dans un musée de Mexico. Totalement soumis aux secrets desseins du destin, ce singulier garçon attend la survenue de leurs absurdités et s’enlise dans un ennui létal en se contentant de mener au grand dam de sa mère une vie misérable et peu honorable.
Hostile à tous projets de vie, il s’adonne à une collection de sachets de thé usagés et à l’observation attentive de la poule qui a élu domicile dans le terrain vague qui jouxte son modeste appartement. Victime d’une plaisanterie potache, il se retrouve marié à contrecœur à une secrétaire pour laquelle il n’a que mépris mais accepte néanmoins les risques et les responsabilités inhérents à son nouvel engagement.
Dans une logorrhée fantaisiste et désinvolte, le jeune auteur mexicain nous entraîne avec ce premier roman dans un lyrisme de l’absurde dont la littérature latino américaine a le secret. Les tribulations de son anti-héros révèlent au travers d’un hymne à la nonchalance un regard désabusé sur le monde non dénué de tendresse.
Un roman vif et croustillant empreint d’une délicieuse auto-dérision sur les mystères de l’inertie humaine.