Suivez-nous

Conseils de lecture

Les nouveaux monstres 1978-2014
21,50
par (Libraire)
21 août 2014

Mafia Blues

J'ai aimé ce roman qui dessine l'histoire politique de l'Italie depuis 1978. C'est la suite de "Dolce Vita 1959-1979" mais on peut ne pas l'avoir lu et directement commencer par celui-ci, sans se sentir perdu.

Depuis qu'ils se sont rencontrés à l'enterrement du Prince de Valfonda, son demi-frère (et unique héritier), le jésuite don Saverio et sa petite-nièce Aria, journaliste d'investigation ne se quittent plus. Il lui raconte des secrets de famille et d'autres encore liés au Vatican. Elle lui envoie les papiers qu'elle écrit sur les liens troubles entre services secrets, mafia et partis politiques.

Cette correspondance épistolaire nous éclaire sur les années de plomb, les attentats, les massacres, la corruption généralisée, la montée en puissance et l'arrivée au pouvoir de Berlusconi. Sa chute aussi. C'est passionnant, très instructif et puis, ça m'a donné envie de voir ou de (re)voir les films de Visconti et de visiter l'Italie (malgré tout).


Constellation - Prix de l'Académie Française 2014
par (Libraire)
21 août 2014

Vol de nuit

C'est un livre sur ce que les surréalistes et le premier d'entre eux, André Breton, appelaient le "hasard objectif". L'auteur s'interroge sur les coïncidences malheureuses qui, réunies toutes ensemble, aboutirent à la mort des trente-sept passagers de l'avion "Constellation", un jour d'octobre 1949. Parmi tous, on connaissait Marcel Cerdan, l'amant boxeur d'Edith Piaf et aussi Ginette Neveu, la grande violoniste. Les autres, plus personne ne s'en souvient et c'est l'un des mérites de ce livre que de les faire sortir de l'oubli dans lequel ils étaient tombés. L'auteur s'intéresse à la vie de chacun d'entre eux et aux circonstances de ce dernier voyage.

C'est un livre très documenté mais qui, pour autant, ne s'en tient pas qu'aux faits. Tandis que les secouristes ont les yeux rivés au sol et que les biographes retournent le passé à la recherche de débris ou de souvenirs oubliés, Adrien Bosc, pour son premier roman, lève les yeux au ciel pour mieux comprendre. C'est beau, passionnant, poétique... Bref, on en redemande !


A l'origine notre père obscur
17,80
par (Libraire)
20 août 2014

Prisonnières

Quelque part en Orient, on ne sait pas où précisément, une communauté de femmes vit recluse dans une grande demeure à l'orée de la ville. Bannies par les leurs parce qu'elles auraient sali l'honneur de leurs familles, elles ont si bien intégré leurs fautes qu'elles n'ont besoin ni de porte ni de gardien pour rester enfermées. Elles attendent là qu'on veuille bien les délivrer. C'est une enfant qui raconte. Elle est arrivée là avec sa mère quand elle était encore petite et elle raconte la vie à l'intérieur de cette demeure, l'enfermement, le poids des traditions... On a vraiment l'impression d'être avec ces femmes et on finit même par les comprendre.

J'ai bien aimé ce livre. Ça change vraiment de ce qu'on peut lire d'habitude sur ce sujet.


Peine perdue
21,50
par (Libraire)
20 août 2014

Home Run

J'ai beaucoup aimé le nouveau roman d'Olivier Adam. L'intrigue se passe sur la côte d'Azur, du côté de Nice ou de Cannes. Au début du roman, un jeune homme dénommé Antoine, "gloire locale du football amateur", se fait agresser dans la rue à coups de batte de base-ball. C'est la veille d'un match important et on pense tout d'abord que les agresseurs sont des supporters de l'équipe adverse. Dans le premier chapitre, c'est à dire avant l'agression, c'est Antoine qui raconte et ce jusqu'à ce qu'il tombe dans le coma. Vont alors se succéder vingt-et-un narrateurs (un par chapitre). Tous se connaissent, tous vivent de petits boulots. J'avais un peu peur au début de me perdre avec tous ces personnages mais, en fait, pas du tout. L'intrigue est linéaire et respecte la chronologie des faits. Et puis, on sent que l'auteur a de l'empathie pour ses personnages. Il ne les juge pas et c'est un livre tout sauf manichéen car, par-delà cette étude de personnages, c'est notre société et la crise qui la traverse qu'il dépeint. Bref, c'est un roman social comme je les aime... et j'ai d'ailleurs pensé très fort à son précédent roman, "Les lisières", en lisant celui-ci. Je le conseille à tous !


La grande vie
12,90
par (Libraire)
23 juillet 2014

Ces petits riens (du tout)

Avec une économie d'effets et beaucoup de style, il photographie de petits instants de la vie auxquels nous ne donnons que trop peu d'importance, des moments de grâce qui nous échappent parce que nous ne prenons plus le temps de vivre. À mi-chemin entre philosophie et poésie en prose, les courts textes rassemblés dans ce petit livre sont tous très beaux, très épurés, très musicaux.
En général, j'aime beaucoup les livres de Christian Bobin mais celui-ci tout particulièrement. Je le conseille à tous.